Partager

S’il y a un ministre aujourd’hui du gouvernement d’Abdoulaye Idrissa Maiga qui fait la fierté et une référence tant nationale qu’internationale, c’est bel et bien le ministre des sports, Housseini Amion Guindo.

Au cœur de toutes les actions positives en faveur du développement du sport tant sur le plan des réalisations et des performances que sur le plan de la promotion des responsables sportifs sur le plan international, Poulo comme on le surnomme est aujourd’hui victime de sa popularité et à sa bonne réputation à cause des différents honneurs et prix du meilleur promoteur africain des sports ces quatre dernières années de la part de ses collègues ministres et autres acabits de tout genre par presse interposée. Mais personne parmi eux ne peuvent empêcher le soleil de paraitre. Du coup ils peuvent se plaindre auprès d’Allah.

En nommant Housseini Amion Guindo, ministre des sports, on peut dire sans ambages que le président Ibrahima Boubacar Keita ne s’est pas du tout trompé de choix. En quatre ans, les résultats sont édifiants et implacables pour tous ceux qui doutaient de la capacité et de la compétence du président de la quenouille conformément aux orientations du président de la république, Ibrahim Boubacar Keita pour le sport malien. C’était mal connaitre Poulo, un homme travailleur, dévoué, respectueux et loyal. Cet homme devenu aujourd’hui une providence pour le sport malien avec des réalisations et des résultats reconnus et salués par l’ensemble des acteurs du sport et du mouvement sportif national et cela de septembre 2014 à maintenant.

Face à ces performances enregistrées, les prix et les honneurs ont fusé de tout part pour récompenser Housseini Amion Guindo pour son savoir faire et son savoir être en faveur du développement du sport malien contrairement aux éternels tourneurs de vestes plus soucieux de leurs intérêts personnels que du développement de notre cher Mali.

En se battant pour l’amélioration des conditions de travail et de sécurité des joueurs et athlètes, le ministre a été récompensé par des résultats visibles et lisibles avec deux coupes d’Afrique des nations de football en cadets, une coupe de championnat d’Afrique de Karaté, cinq coupes d’Afrique en Basketball, un titre de champion de basketball aux jeux africains de Brazzaville, un titre de champion en athlétisme aux 8e jeux de la francophonie, un titre de champion d’Afrique de Bras de fer sportif, un titre de vice-champion du monde en football en cadets, premier au championnat d’Afrique en taekwondo, 321 médailles d’or obtenues, 134 médailles d’argent obtenues, 113 médailles de bronze obtenues. Ce n’est pas tout la promotion des encadreurs sportifs dans les instances continentales et mondiales a été le combat sans relâche du ministre Guindo.

Ainsi Habib Sissoko, Hamane Niang, Mme Sangaré Aminata Keita et Abdoul Wahab Zoromé sont élus dans ces dites instances. Comme cela ne suffisait pas le ministre des sports est parvenu à décrocher que 150 bourses d’études + en Algérie sur trois ans, la pose de cinq gazons synthétiques au Mali, 150 bourses d’études obtenues au Venezuela, la reprise de la coopération avec Cuba à travers la mise à disposition de 12 coopérants sportifs et l’octroi de 100 bourses d’études. C’est au vu de tous ces efforts consentis que Housseini Amion Guindo fut désigné sans surprise comme étant le meilleur promoteur malien et africain des sports. Et c’est le comité exécutif de la fédération malienne de football à travers son premier vice-président qui lui a décerné un trophée lors d’une finale de football de masse à Kalaban-Coura. Ensuite ce fut le tour du Desk Sport de la radio Benkan à deux reprises.

Le 26 septembre dernier par la fondation 225 du Prix africain de Développement (PADEV) basé à Casablanca au Maroc. Le dernier date du 05 octobre denier qui a vu, le Syndicat national des enseignants et fonctionnaires des collectivités territoriales (SYNEFCT), décerner un trophée de mérite au ministre des sports à la faveur de la journée mondiale des enseignants.

Au moment où tous les maliens exprimaient leur fierté sur ce prix international, des apatrides pardon des jaloux de Poulo tombent honteusement dans des mensonges grotesques et fallacieux. On comprend que cela les énerve tout simplement ils ont échoué dans leurs missions que le président IBK leur a assigné.

S’il était permis de sacrifier à un quelconque inventaire des casseroles et le passé que trainent ces détracteurs connus et tapis dans l’ombre, on serait bien en peine d’en trouver derrière l’actuel ministre des sports qui, il faut rappeler, est un homme du sérail sportif et éducatif(en témoigne la création d’un club de football et d’un Lycée à Sikasso) et fut membre du comité exécutif de la fédération malienne de football de 2007 à 2009 avant d’être nommé ministre au mérite. Or on ne pourrait pas dire autant de ces détracteurs puants qui font en ce moment ou qui ont animé la chronique des rubriques des soupçons de corruption de malversations financières, du banditisme dont les dossiers sont pendants à la justice sans se faire prendre pour l’instant. Les maitres en dissimulation, en mensonges, en dénigrements, coups bas et lâcheté n’ont d’autre temps que de saboter les prix et de souiller l’honneur du ministre Guindo sans réelle conviction.

Mais les réalisations et les résultats de Poulo n’ont fait que les envahir de haine, d’angoisse et de désespoir car leurs rêves de devenir ministre des sports se sont définitivement envolés. Du coup il est aisé de comprendre ces mufles, ces tartufes et ces marchands de calomnies et de dénigrements qui jurent de trouver la petite bête voire le gros bâton à mettre dans les roues du natif de l’enfant de Bandiagara.

En tout état de cause tant que le ministre des sports bénéficie la confiance du président IBK, il fera sa longue et lourde tâche dans la voie où le sort a voulu l’appeler pour le développement du sport malien et ce n’est pas des obscures personnes écervelées utilisées comme paravent à la recherche d’une façon de faire parler de soi qui distraira un homme dévoué et honnête de la trempe de Housseini Amion Guindo. Comme on le voit la seule chose que ces malades mentaux pardon ces détracteurs peuvent faire c’est d’aller se plaindre auprès d’Allah.

Sadou Bocoum

Le Mutation du 06 Octobre 2017