Partager

Le ministère de l’Environnement, de l’Assainissement et du Développement durable a organisé hier, un atelier sur la revue des projets et programmes dans le cadre du mécanisme de visibilité desdits projets et programmes. Les travaux étaient présidés par le secrétaire général dudit département, Mamadou Gakou, en présence des représentants des services centraux. L’objectif principal de cet atelier était de faire le point de la situation d’exécution des projets et programmes concernés de leur démarrage au 31 décembre 2019.

Selon la dernière revue harmonisée du secteur, au 31 décembre 2019, le portefeuille du ministère de l’Environnement, de l’Assainissement et du Développement durable comportait 44 projets et programmes dont 39 en exécution et 5 en préparation. Le département bénéficie de l’apport de 19 Partenaires techniques et financiers (PTF) pour un financement acquis cumulé de 92,24 milliards de Fcfa.

Dans leur gestion, la majorité des projets en cours d’exécution dispose d’un manuel de procédures administratives, financières et comptables qui sert de guide aux gestionnaires des projets. Les procédures prévoient généralement des audits internes des projets qui sont prévus à mi-parcours et en fin de projet. Certains projets disposent en plus d’un service interne qui en assure le suivi-évaluation.

Malgré l’existence de ces procédures de suivi interne des projets, certaines faiblesses ont été révélées dans la gestion des projets et programmes qui sont, entre autres, la lenteur dans leur exécution, les résultats escomptés non atteints concernant l’amélioration des conditions de vie des bénéficiaires et les discordances entre les contenus reluisants des rapports d’évaluation interne et la réalité sur le terrain. Afin de pallier ces faiblesses soulevées, le département, à travers la Cellule de planification et de statistique du secteur eau, environnement, urbanisme et domaines de l’État, a initié un mécanisme de visibilité des projets et programmes du département.

Pour cela, un projet de mécanisme et son plan d’actions a été validé après soumission aux différentes structures. De façon méthodologique, le mécanisme de visibilité se décline en trois étapes : la communication sur les réalisations du projet, la revue des projets et programmes et les visites de terrain.

Au cours de la session, les participants ont échangé sur la mise en œuvre des projets et programmes sur le terrain, ainsi que sur les financements reçus et les préoccupations des bénéficiaires. Les deux programmes pilotés par la direction générale des eaux et forêts, à savoir le Programme Alliance Globale contre le changement climatique au Mali Phase 2 (AGCC-Mali 2) et le Programme de développement du Delta intérieur du Niger (PDD-DIN) ont été présentés par leurs responsables.

Makan SISSOKO

Source: L’Essor