Partager

Hier aux environs de dix heures, les étudiants du FMPOS avaient organisé une descente sur le ministère de l’éducation nationale en vue de présenter leurs doléances au ministre Mamadou Lamine Traoré. Dans la foulée, le reporter de l’Observateur, Moriba Dado, s’est mis devant les marcheurs pour prendre une photo.

En ce moment le commissaire du 1er arrondissement qui encadrait certainement sa troupe chargée du maintien d’ordre est apparu derrière notre jeune confrère. Le commissaire lui demanda ce qu’il était en train de faire avec un appareil photo.

Lorsqu’il s’expliquait pour décliner son identité en montrant sa carte de presse, des policiers le prirent à partie. L’infortuné a reçu dans le postérieur et sur la figure des coups de pied et de cross.

A la suite des violences subies, Moriba Dabo a été conduit au commissariat sur ordre du commissaire, semble-t-il. Il échappa de justesse au violon grâce à l’arrivée du directeur de publication du Zénith Ballé, Boubacar Dabo, qui avait été informé par un autre confrère.

M. Dabo arriva lorsque le chef PJ du commissariat central auditionnait Moriba Dabo. C’est ainsi que lui aussi offrit ses bons offices pour libérer le confrère. Il téléphona ensuite à Belco Tamboura, directeur de publication de l’Observateur et président de l’Association des éditeurs de presse (Assep).

Le président de l’Assep s’est rendu à la direction régionale de la police pour protester contre cette agression d’hommes en uniformes à l’égard d’un journaliste dans l’exercice de ses fonctions.

Selon M. Tamboura, le directeur régional de la police, le contrôleur général Diouf lui a donné une autre version des faits. M. Diouf lui a fait savoir qu’après recoupements, les éléments du 1er arrondissement ont juré la main sur le cœur de n’avoir touché à personne au cours de la marche.

Le contrôleur général Diouf, a promis au président de l’Assep de mener ses propres investigations afin de faire la lumière sur cet incident regrettable. Moriba Dabo s’en est sorti avec une partie du visage tuméfié.

Abdrahamane Dicko

25 avril 2006.