Partager

Un budget prévisionnel, hors BSI, de plus de 1,7 milliard de F CFA pour 2009


Le ministère de l’Artisanat et du tourisme a tenu, hier jeudi 26 juin, dans sa salle de conférence, son atelier budget-programme qui a permis de faire le point des réalisations de l’année 2007 et de dégager les prévisions budgétaires pour 2009. Le budget prévisionnel pour cet prochain exercice, pour faire face aux objectifs assignés, se chiffre à 1 780 000 000 FCFA, hors Budget spécial d’investissement (BSI).

Un montant devant faire face aux trois programmes (administration générale, promotion du secteur de l’artisanat et promotion du tourisme). L’atelier était présidé par le Secrétaire général, Almamy Koureichi.

Comme à l’accoutumée, en cette période de l’année, les cadres du département de l’Artisanat et du Tourisme, se sont réunis pour établir le bilan de l’année écoulée et déterminer le budget-programme prévisionnel pour le nouvel exercice 2009 pour lequel, il doit répondre aux préoccupations des intervenants dans les deux secteurs.

Ce budget prévisionnel s’inscrit en droite ligne de la feuille de route 2007-2012 élaborée sur la base des six axes prioritaires définis par le PDES.

Dans cette perspective, le département devra  » identifier, promouvoir et soutenir des projets privés portant sur la création de nouvelles unités dans les secteurs du tourisme et de l’artisanat  » et « être davantage attentif à l’élan pris par le tourisme et l’artisanat, en assurant, par un programme cohérent et volontaire, l’essor de ces secteurs pourvoyeurs d’emplois et de devises pour l’économie nationale « .

Les secteurs de l’Artisanat et du Tourisme ont enregistré des résultats satisfaisants depuis quelques années. Ainsi, la mise en œuvre du Schéma directeur de développement de l’artisanat a permis l’organisation du secteur, notamment la mise en place et le renouvellement des Chambres de métiers et favoriser une plus grande participation des opérateurs privés dans la réalisation des actions du ministère.

Il s’agit plus précisément de la promotion des produits artisanaux sur les marchés étrangers et la formation des artisans.

Pour ce volet artisanat, le programme 2009 vise à renforcer les capacités et organiser le secteur en vue de produire mieux, développer l’entreprise privée, promouvoir le système de financement.

Quant au tourisme, depuis l’envolée de la CAN 2002, tous les indicateurs de ce secteur sont en hausse.

Le volume des investissements s’accroit d’année en année. Il affichait plus de 8 milliards FCFA en 2007, soit plus du double de 2001 avec un niveau record de 16,5 milliards FCFA en 2006 ; le nombre des hôtels est passé de 134 unités en 2001 à 439 en 2007, offrant 6.842 lits qui permettent de satisfaire les attentes des clients, et d’abriter des rencontres internationales de haut niveau ;

la fréquentation est passée de 94.300 touristes en 2001 à 221328 touristes en 2007, tandis que les recettes qui étaient de 64.6 milliards FCFA 2001, sont estimées à 110 milliards FCFA en 2007. Dans le même temps, les emplois sont passés de 8.250 à 17.100.

Le département attend avec impatience l’élaboration de la nouvelle stratégie de développement du tourisme, qui doit être disponible vers la fin de cette année 2008, afin de réaliser le potentiel touristique du Mali pour faire du secteur l’un des moteurs de la croissance économique et de la réduction de la pauvreté.

Les objectifs du programme 2009 sont notamment d’améliorer la qualité des prestations afin de tirer le meilleur avantage possible dans un monde éminemment concurrentiel ; de contribuer à l’aménagement des sites touristiques afin de les exploiter judicieusement et s’inscrire dans la durabilité ;

d’assurer la promotion touristique de la destination Mali en vu d’inciter les Maliens et les autres nationalités à fréquenter de plus en plus les sites touristiques de notre pays, une manière d’accroître les recettes pour l’économie nationale.

Le budget prévisionnel, hors BSI, pour réaliser ce programme est de 1.780.000.000 FCFA, en légère augmentation par rapport à 2007.

« Assurément, il ne s’agit pas d’un programme ambitieux. Il est seulement question d’exploiter rationnellement les potentialités existantes pour contribuer à l’amélioration des conditions de vie des maliennes et des maliens  » a souligné le Secrétaire général du département. Almany Koureichi est convaincu que  » cette nombre ambition n’est pas au-dessus des moyens, nonobstant les contraintes financières de l’Etat ».

Youssouf CAMARA

Samba TRAORE *Stagiaire

27 Juin 2008