Partager

Le Ministère de l’Agriculture a organisé le 15 juin dernier dans la salle de réunion de la Direction Administrative et Financière (DAF) dudit Ministère, une conférence de presse sur le lancement de la campagne agricole 2013-2014.

La cérémonie présidée par M. Baba Berthé, Ministre de l’Agriculture et conférencier s’est déroulée en présence de M. Bacary Togola, Président de l’Assemblée Permanente de la Chambre de l’Agriculture au Mali (APCAM), de M. Sidi Yaya Diaby, Commissaire de la Sécurité Alimentaire et de plusieurs autres personnalités du département du Ministère de l’Agriculture.

L’objectif de production visé pour la campagne agricole 2013-2014 est de 7 590 690 tonnes de céréales et de 522 000 tonnes de coton graine.

M. Baba Berthé, dans son introduction dira que cette conférence de presse a substitué l’organisation de la journée nationale des paysans que son département organisait chaque année, avant d’expliquer que cela est dû au manque de ressources financière. Car, dit-il, l’organisation de la journée paysanne est coûteuse pour l’Etat.

En effet, le gouvernement du Mali, a indiqué M. Baba Berthé, a accepté de subventionner les intrants agricoles (engrais et semences de maïs hybride) à hauteur de 35 milliards de francs CFA, soit 300 tonnes de semences de maïs hybride et 341 319 tonnes d’engrais minéraux et organiques.

Il a aussi insisté sur la nécessité de bien gérer la subvention afin qu’elle produise les effets escomptés. Car, dit-t-il, « le démantèlement de tous réseaux de fraudes et tentatives de fraude mis en place par des agents et des fournisseurs d’engrais seront réprimés conformément à la loi ».

Le plan de campagne agricole 2013-2014, a souligné le Ministre Berthé, est bâti autour de sept (7) principaux programmes d’intensification agricole, à savoir : le riz, le maïs, le blé, le mil/sorgho, le niébé et le coton.

Ainsi, la production céréalière attendue, selon lui, est de 7 590 690 tonnes contre 6 674 427 tonnes en 2012-2013, soit une augmentation de 14% ; la production de coton graine attendue est de 522 000 tonnes contre 453 822 tonnes en 2012-2013, soit une augmentation de 15% ; les superficies à emblaver en céréales sont de 5 023 227 ha contre 4 451 573 ha en 2012-2013, soit une augmentation de 12,7% ; l’excédent céréalier commercialisable attendu est estimé à 2 350 126 tonnes.

En outre, les objectifs planifiés seront atteints grâce aux efforts que les acteurs déploieront tout au long de la campagne.

Comme par passé, la surveillance et la lutte contre le criquet pèlerin, a expliqué le Ministre, seront assurées par le Centre national crée à cet effet et qui dispose d’instruments adaptés pour cela.

Cependant, il a rappelé que les moyens logistiques du Centre ont été emportés par les groupes armés et les appareils de traitement détruits lors de l’attaque de Gao en 2012.

Par ailleurs, M. Berthé n’a pas manqué, de souligner les difficultés que son département rencontre. Il s’agit entre autres de l’insuffisance numérique du personnel d’appui-conseil, malgré les efforts de recrutement consentis par le gouvernement ces trois dernières années de l’insuffisance de ressources financières pour couvrir l’ensemble de besoins recensés sur le terrain et le faible pouvoir d’achat des producteurs notamment ceux des régions affectées par le conflit.

Mamadou D Dolo

Le 26 Mars du 21 juin 2013.