Partager


« Ça n’arrive jamais qu’aux autres » , dit l’adage. Le ministère de la Justice, qui est la tutelle administrative des cours et tribunaux, traverse une passe difficile. Son régisseur est sous les verrous depuis quelques semaines à cause d’un manquant de 300 millions de F CFA dans ses caisses.

L’argent, qui a disparu des caisses du régisseur, remonte au temps de l’ancien garde des Sceaux, Me Fanta Sylla. A l’époque, son directeur administratif et financier (Daf) sortant avait remis la situation à son successeur en lui notifiant les traces des 300 millions au niveau du régisseur.

Le pot aux roses a été découvert, il y a quelques mois lorsque le Daf du ministre de la Justice rentrant, Maharafa Traoré, s’est trouvé dans l’incapacité d’honorer ses engagements auprès des principaux fournisseurs de son département. Une situation jugée inconséquente dans la mesure où le régisseur est censé détenir de la liquidité. Un contrôle de routine a fait le constat de la disparition du pactole.

L’indélicat régisseur, qui a fait l’objet de plusieurs jours de contrôle et de garde-à-vue à la police, a finalement été écroué à la Maison centrale d’arrêt de Bamako Coura. Est-ce qu’il est le seul à avoir subtilisé ces fonds publics ou a-t-il bénéficié de complicités ? La vérité finira par se savoir.

Abdrahamane Dicko

18 Septembre 2008