Partager

La valorisation des bauxites maliennes était le thème d’une table ronde organisée le 12 juillet dernier au siège de Mali Mineral Resources SA. Elle a regroupé autour des spécialistes de la question, des techniciens de la direction nationale de la géologie et des mines (DNGM), des représentants de l’Union nationale des opérateurs miniers du Mali (Unomim) et le représentant du département de l’Energie, des Mines et de l’Eau.

Organisée par Mali Mineral Resources, la table ronde avait pour objectif principal selon Dialla Konaté, directeur des opérations de Mali Mineral Resources, de partager les résultats d’exploration de la bauxite dans la zone de Faléa au bord de la Falémé, Bamako Ouest et Sikasso Nord.

Pour Chris Parry, directeur général de Mali Mineral Resources et directeur régional du Camec pour l’Afrique de l’Ouest, les ressources combinées de bauxite au Mali et en Guinée font partie des plus importantes au niveau mondial.

A l’en croire, la Guinée a pu développer ses ressources au point qu’elle est aujourd’hui le 2e plus gros producteur de bauxite au niveau mondial avec 17 millions de tonnes par an. « Or, par manque d’infrastructures, les ressources du Mali sont restées inexploitées ».

Pour les conférenciers, les recherches ont prouvé que le Mali recèle d’importantes quantités de minerais qu’il faut valoriser par l’exploitation.

« Ces dernières années, la demande d’aluminium a progressé de 13 % l’an », a indiqué M. Parry pour qui, cette demande a provoqué une utilisation à pleine capacité des usines d’affinage d’alumine. Pour justifier la nécessaire exploitation de la bauxite malienne, le directeur général de Mali Mineral Resources a fait savoir que le marché mondial connaît actuellement une croissance normale de 3 % par an.


Près de 15 000 emplois en vue

Selon le DG de Mali Mineral Resources, c’est en janvier 2006 que Camec a achevé l’interprétation d’imageries satellitaires pour définir les bauxites maliennes et celles du Nord de Guinée.

Toutes choses qui ont conduit à une étude de conceptualisation sur la factibilité d’une opération de production d’alumine à partir des bauxites du Mali dont le traitement prévoit 3 millions de tonnes d’alumine par an pour un besoin en énergie de 80 MW et un investissement de 3,5 milliards de dollars américains. Ce projet prévoit 15 000 emplois permanents.

« Nous avons obtenu le permis de Faléa en février 2007. En novembre de la même année, nous avons terminé la campagne de reconnaissance par 33 puits et en fin mai dernier la 1re phase du programme de sondage a pris fin », a dit Chris Parry. A ses dires, avec les 1500 sondages couvrant 90 km sur une maille de 200 m sur 200 m et une maille de 400 m sur 400 m ont abouti au forage de 20 000 mètres.

A en croire les conférenciers, la campagne de sondage qui est en train de s’achever a coûté 2 millions d’euros. Le démarrage de l’étude de pré-faisabilité est prévu pour le début de l’année 2009. « Si tout va bien, nous le souhaitons, l’exploitation des bauxites maliennes aura lieu en 2015 », a promis le DG de Mali Mineral Resources.

En sa qualité de président de l’Union nationale des opérateurs miniers du Mali, Chaka Diarassouba a salué les efforts de Mali Mineral Resources pour la qualité et le sérieux avec lequel les travaux sont menés et a souhaité comme tous les Maliens voir en plus de l’or, la bauxite qui, à ses dires, contribuera au développement socio-économique de notre pays.


Idrissa Sako

14 Juillet 2008