Partager

or2.jpg

Randgold Resources Mali cultive sa communication par l’entremise de rencontres périodiques d’information avec les médias. Le « minier » a ainsi organisé mardi une conférence de presse pour expliquer les problèmes, défis et réalisations des sociétés minières au Mali.

Les journalistes se sont retrouvés dans les bureaux de Randgold à Faladié face à des représentants des mines d’or de Morila et de Loulo, au directeur exécutif du groupe Randgold, Mark Bristow, et au directeur général de Randgold Resources, Mahamadou Samaké.

Randgold Resources a grandi et acquis beaucoup d’expériences, a assuré Mark Bristow en soulignant le changement le plus récent : la prise de contrôle de la direction opérationnelle de la compagnie de Morila.

Randgold exploitera donc pleinement la mine d’or durant le reste de la durée de vie au profit de toutes les parties prenantes. La compagnie évalue actuellement tous les aspects de l’exploitation pour établir un plan qui optimalisera la rentabilité de Morila sur le reste de sa durée de vie.

L’exploitation devrait durer encore 5 ans sur les réserves actuelles, mais la prospection visant à étendre la base des ressources se poursuit. Depuis sa mise en service en 2000, Morila a produit quelque 5 millions d’onces d’or et fourni une contribution importante à l’économie malienne, non seulement en dividendes, taxes et redevances versés à l’État, mais aussi en termes de création d’emplois, de développement des compétences, d’approvisionnement local et d’initiatives de promotion de la communauté, a relevé Mark Bristow.

Le directeur général de la mine d’or de Morila, Samba Touré, a expliqué que sa structure a servi à tout le monde. Le gisement de Morila a été découvert, financé et développé par Randgold Resources.

Anglogold Ashanti (anciennement Anglogold Limited) a obtenu 40% des parts de la mine au mois de juillet 2000 et a annoncé son intention de les céder. L’investissement initial de Morila s’est élevé à 56 milliards de Fcfa et la mine a commencé à produire en octobre 2000.

La production d’or de cette période au 30 juin dernier a atteint 4,3 millions d’onces. Au total 312 milliards de Fcfa ont été distribués aux actionnaires sous forme de dividendes et 354 milliards de Fcfa ont été injectés dans l’économie malienne, a estimé Samba Touré.

Randgold Resources est le nouvel opérateur de la mine depuis le 15 février passé. Morila est en train de s’épuiser, il faut lui assurer un nouveau souffle. La Société des mines de Loulo (SOMILO) est une filiale de Randgold Resources Limited qui en possède les 80%.

Les 20% restants sont détenus par le gouvernement du Mali. Le projet se développe en exploitation simultanément à ciel ouvert et souterraine, explique Amadou Konta, le directeur général des mines de Loulo. La mine de Loulo se compose actuellement de 2 principales carrières ouvertes, Gara et Yaléa.

Ses ressources totales s’élèvent actuellement à 11,94 millions d’onces dont 9,51 millions figurent dans les catégories mesurées et indiquées. Les réserves à ciel ouvert et les dépôts de minerai s’élèvent à 1,07 millions d’onces, a-t-il indiqué.

Où va l’or malien ?

C’est l’inquiétude née de cette interrogation qui explique la création de la société « Kankou Moussa » à travers laquelle une partie de l’or produit au Mali est mis à la disposition des Maliens, a souligné Mahamadou Samaké.

« L’or produit au Mali ne peut pas être pillé comme ça. C’est une idée simpliste de croire que n’importe qui peut venir faire n’importe quoi chez nous« , a expliqué le directeur général de Randgold Mali. La société fournit tous les 3 mois un rapport et travaille avec des nationaux.

S. DOUMBIA

24 avril 2008.