Partager


La prestigieuse salle de conférence du Secrétariat général à Koulouba, a abrité une cérémonie d’information des responsables du Programme Millenium Challenge Account-Mali aux hommes de médias de notre pays car, un des principes du MCA veut que le public du pays bénéficiaire soit tenu informé de l’évolution de la mise en oeuvre du programme MCA de son pays.

En effet, le Conseil d’Administration du “Millénium Challenge Corporation (MCC)” a approuvé une convention d’une durée de cinq ans d’un montant de 460,8 millions de dollars US, soit 244,8 milliards de francs CFA du fonds de “Millenium Challenge Account” pour réduire la pauvreté et pour augmenter la croissance économique de la République.

LA RECOMPENSE D’UN MERITE

En fait, c’est après un progrès politique, social et économique significatif au cours de la décennie passée, la réussite parfaite dans la pratique de la bonne gouvernance et aussi en tant que leader dans la promotion de la gouvernance démocratique en Afrique que notre pays a bénéficié cette aide du gouvernement américain. C’est un moyen d’assurer une croissance économique efficace comme moyen d’enrayer la pauvreté. Cette convention vise à réduire la pauvreté par la croissance économique en augmentant la production et la productivité de l’agriculture et des petites et moyennes entreprises, tout en accroissant l’accès de notre pays aux marchés et au commerce.

Le MCA est un mécanisme de développement axé sur les besoins du pays, l’appropriation du programme par le bénéficiaire et sur les résultats. Ainsi, le pays bénéficiaire conçoit et met en oeuvre lui-même les projets. Le Mali, comme presque tous les pays du tiers-monde, a de nombreux défis à relever dans le domaine d’un développement durable. C’est pourquoi, l’acquisition de cette somme pour le développement et la lutte contre la pauvreté par notre pays a été saluée par plus d’un.

SOUTENIR LE DEVELOPPEMENT

En effet, ces investissements soutiendront le développement des infrastructures principales et des politiques de réforme pour les secteurs productifs, en s’attaquant aux contraintes qui entravent le développement du pays et en capitalisant les principaux atouts du Mali, à savoir l’aéroport international Bamako-Sénou, porte du commerce régional et international et le fleuve Niger pour l’agriculture irriguée.

Au premier point, nous avons le projet d’irrigation d’Alatona. Ce premier projet coûtera 234,6 millions de dollars US, soit 122,3 milliards de francs CFA. Ce projet vise la croissance de la production et de la productivité, l’amélioration de la sécurité de l’occupation des terres, la modernisation des systèmes de production irriguée, l’atténuation des incertitudes d’une agriculture de subsistance tributaire de la pluie, et par conséquent l’augmentation des revenus des paysans.

Il cherche à développer 16 000 hectares de terres nouvellement irriguées, représentant une augmentation de presque 20% de l’agriculture dans la zone de l’Office du Niger. Le projet d’irrigation d’Alatona introduira des pratiques innovatrices d’agriculture, d’occupation de terres, de gestion de crédit et d’eau aussi bien que des réformes politiques et organisationnelles destinées à atteindre le potentiel de l’Office du Niger afin de servir de moteur à la croissance des zones rurales au Mali.

Le second point concerne le projet d’amélioration de l’aéroport de Bamako-Sénou. Ce projet quant à lui, coûtera la bagatelle de 89,6 millions de dollars US, soit 46,7 milliards de F CFA. Ce projet contribuera à la croissance du trafic aérien et augmentera l’efficacité de l’aéroport dans la gestion à la fois des passagers et du fret.

DES MECANISMES INSTITUTIONNELS APPROPRIES

Et cela à travers une amélioration des infrastructures aériennes et terrestres, aussi bien que l’établissement de mécanismes institutionnels appropriés pour assurer la gestion efficace, la sécurité, le fonctionnement et la maintenance des équipements de l’aéroport sur le long terme. Et pour le troisième point, il concernera le projet de parc industriel qui coûtera à son tour 94,3 millions de dollars US, soit 48,4 milliards de F CFA.

Le projet de parc industriel, situé dans le domaine de l’aéroport mettra en valeur une plate-forme pour les activités industrielles (100 hectares au début) pour faire face à la croissance de l’industrie. Le parc industriel sera un ancrage pour un secteur industriel en croissance particulièrement dans le domaine de l’agro-industrie, atténuant de ce fait une contrainte majeure à la production de la valeur ajoutée et la croissance économique.

LA PRESTATION FIABLE DE SERVICES

La prestation fiable de services utilitaires y compris l’électricité, l’eau et les télécommunications augmentera la productivité des affaires. Ce projet aura un effet de levier sur les réformes nationales dans le secteur des affaires, réduisant le coût et le temps pour enregistrer une affaire et renforcer la gestion et l’efficacité du secteur industriel. Cette convention comprend également un appui de gestion de programme, de surveillance et de contrôle et d’évaluation s’élevant à 42,3 millions de dollars US, soit 21,7 milliards F CFA.

Pendant cette cérémonie, M. Bonia Touré, point focal MCC Présidence de la République nous dira : “Le mois passé, la loi portant création du MCA-Mali a été votée, et le décret fixant l’organisation et les modalités de fonctionnement du MCA-Mali a été adopté. Le président de la République a voulu que le MCA-Mali soit rattaché à la Présidence de la République. Ceci dénote la très grande importance que le président de la République, Son Excellence M. Amadou Toumani Touré, attaché à l’exécution correcte et à la réussite du programme du Mali qui vise à aider des centaines de milliers à améliorer leur niveau de vie”.

Quant au représentant résident de MCC organe qui administre le MCA-Mali, M. Jon Anderson, il nous affirmera toute sa satisfaction par rapport à la phase de faisabilité réalisée et son optimisme pour cette phase exécutive du programme.

Moussa KONDO (Stagiaire)

23 juillet 2007.