Partager

Pour un coût d’environ 8 500 000F de CFA, ces matériels permettront aux différents services relevant du département, impliqués dans la gestion des flux migratoires de mieux accomplir leur mission

La coordination du projet « Promouvoir une gouvernance sous régionale efficace des migrations et protection des enfants et jeunes en mobilité entre la Côte d’Ivoire, le Mali et le Burkina Faso », à travers Save The Children, a remis, le vendredi dernier, à la direction nationale de la femme et de l’enfant, un lot de matériels bureautiques et équipements importants, au ministère de la Promotion de la Femme, de l’Enfant et de la Famille. Ces matériels sont composés entre autres de : 5 ordinateurs de la marque Desktop ; 3 imprimantes laser multifonctionnels ; 3 onduleurs ; 4 Splifs 2CV ; 3 disques durs externes : 5 armoires : 4 étagères ; 2 battants ; 4 tables de bureau de 1, 20m avec retour ; 5 chaises de bureau pour visiteurs ; 5 chaises fauteuils ministériels, 5 serrures de meilleure qualité ; 10 ampoules économiques à baïonnette et 5 interrupteurs etc.

Pour le représentant du directeur pays Save The Children Salek Ould Dah, ces outils serviront à mettre en place la base de données du projet dénommée « CaseData » gérée par les services sociaux de base. Se faisant, pour une bonne gestion de ladite base de données, l’organisme partenaire souhaite l’implication des différents ministères et leurs services rattachés. C’est pourquoi, il demande à toutes ces entités d’appuyer les efforts du projet.
De son côté, le représentant du ministère de la Solidarité et de l’Action humanitaire, Kassoum Keita a, au nom des plus hautes autorités du Mali, remercié les heureux donateurs. Il les a rassurés également, de ne rien craindre pour une bonne utilisation de ces matériels, tout en admettant qu’ils contribueront à la gestion des informations sur la migration.

Représentant le ministre de la Promotion de la Femme, de l’Enfant et de la Famille, le conseiller technique Moussa Guindo a, lui aussi, remercié le donateur. Parlant du projet, il dira qu’il cadre avec le programme des services sociaux étatiques du Mali, en charge des questions de migrations des enfants et jeunes. De ce fait, les résultats attendus permettront aux structures étatiques et les autres acteurs de mieux assurer la protection de l’enfant. Cela se fera par une collecte de données relatives aux mouvements migratoires des régions frontalières entre ces trois pays.

Toujours de l’avis du conseiller technique, ces résultats donneront également un espoir de collaboration certaine entre les services sociaux étatiques et les entités non étatiques dans la gestion des questions de mobilité des enfants et jeunes migrants.
Le projet, dans sa phase opérationnelle, a comme focus l’implantation d’une base de données harmonisée dans les services sociaux pour un partage d’informations entre les trois pays comme zone d’intervention dudit projet.

Rappelons que le coordinateur sous régional du projet « Processus de Rabat » est Eugène Taki, de nationalité ivoirienne. Il a fait une brève présentation du projet dont l’objectif général est de renforcer les capacités des partenaires étatiques, tout en mettant à leur disposition le matériel informatique et d’autres équipements adéquats, pour une meilleure gestion de la base de données et du système d’information géographique.

Diakalia M Dembélé

Du 10 Septembre 2018