Partager

La direction générale de «Misélini» a animé le samedi 6 Août, à son siège à Badalabougou, une conférence de presse. Cette caisse, fondée en 1999 sur les cendres du Projet de crédit solidaire destiné aux femmes du district, cible dans ses interventions les femmes.

Ce qui, selon la présidente de son Conseil d’administration, Mme Moussokoro Soumaoro, est une volonté manifeste d’appuyer une couche des plus pauvres donc inaccessible aux services du système bancaire classique.

Il s’agit donc de contribuer, par l’offre de crédit et autres services financiers adaptés, à l’amélioration de la situation socio-économique des femmes actives.

Avec sa stratégie de crédit solidaire avec cooptation, il comptait en 2003, 15.000 bénéficiaires regroupés en noyaux de 6 à 7 femmes.

Son option de crédit solidaire fait que cette caisse, contrairement au système mutualiste, n’exige pas de garantie ou d’épargne préalable pour bénéficier d’un crédit.

Cependant, le chef d’exploitation Mme Cissé Djénéba Dicko précisera que sa procédure d’organisation fait que le réseau dispose d’un système de sécurisation des prêts qui fait que les autres membres du groupe constituent une garantie morale voire financière.

Durant les trois dernières années, la caisse a octroyé 40 000 crédits dont les montants oscillaient entre 100.000 et 800.000 Fcfa.

En 2004, le montant des crédits accordés aux femmes pour le financement de leurs activités, se chiffrait à 1,3 milliard de Fcfa. Ces femmes, selon le directeur général de Misélini, Boubacar Diakité évoluent en grande partie dans les domaines du commerce et l’artisanat.

Les résultats d’une étude menée par «Misélini» ont conclu que l’institution qui emploie 45 agents, contribue de façon efficace à la lutte contre la pauvreté.

Ses conclusions ont révélé que les clientes de Misélini travaillent plus, ont un fonds de commerce plus important, génèrent un bénéfice quotidien supérieur à celui du non client et mènent en général 1,8 activité contre 1,4 pour les non adhérents.

Si, aujourd’hui, «Misélini» couvre l’ensemble du district avec 18 caisses, en perspective, elle compte ouvrir bientôt une caisse à Kati et à Sénou, couvrir certaines régions et créer une mutuelle de la santé.

Youssouf CAMARA

08 août 2005