Partager

Le Soudan du Sud ne célébrera pas en juillet le cinquième anniversaire de son indépendance, a annoncé mardi le plus jeune pays au monde. Cette annonce intervient après des affrontements ce week-end, provoqués « par des éléments opposés à la paix et soutenus par des combattants tribaux » selon l’armée, et fatals à au moins 43 personnes (39 civils et 4 policiers) à Wau, ville située à 650 kilomètres au nord-ouest de la capitale Juba. « Ce sont les corps qui ont été retrouvés jusqu’à présent, mais le nettoyage continue », a déclaré mardi le ministre sud-soudanais de l’Information, Michael Makuei. « Le bilan va probablement s’alourdir », a prévenu ce responsable, alors que les Casques bleus de la mission de l’ONU au Soudan du Sud (Unmiss) ont ouvert les portes de leur base à plus de 10.000 civils déplacés par ces violences. L’absence de célébrations pour le 5e anniversaire d’un pays qui avait fièrement hissé son drapeau le 9 juillet 2011 après des décennies de guerre civile avec le Soudan, est avant tout due à une économie exsangue forçant les autorités à plus de sobriété, a précisé mardi le ministre Makuei. « Nous avons décidé de ne pas célébrer le jour de l’Indépendance, le 9 juillet, parce que nous ne souhaitons pas dépenser trop d’argent », a déclaré mardi M. Makuei, précisant que le chef de l’Etat, Salva Kiir, s’adressera néanmoins à la nation. AFP