Partager

La période des grandes chaleurs s’annonce. Le thermomètre, certains jours, affiche jusqu’à 40° à l’ombre à Bamako. Faute d’électricité et d’eau suffisantes pour approvisionner les populations, celles-ci devront vivre, ou plutôt subir des moments très difficiles.

Comme c’est le cas, hélas, depuis plusieurs années. Pour aider à faire passer la pillule chez les consommateurs et atténuer le mécontentement qui ne manquera pas de se faire jour, EDM-SA a lancé, depuis un certain temps, une vigoureuse campagne d’information et de sensibilisation.

Depuis hier jeudi 6 mars, elle peut compter sur l’appui, ou tout au moins la compréhension de l’UNTM, la principale centrale des travailleurs salariés du pays, pour un bon déroulement de cette campagne. Le secrétaire général, Siaka Diakité et un grand nombre de ses proches collaborateurs qui ont visité la centrale thermique de Balingué et la station de pompage de Djicoroni Para, ont eu droit également à des explications sur les difficultés que rencontre EDM-SA dans l’exécution de sa mission de service public à cause de la montée vertigineuse des prix du pétrole. « Le thermique, c’est notre sida« , a lancé un des responsables de la société publique de fourniture d’eau et d’électricité. Avant d’ajouter : « Le salut viendra de la SOPAM« .

La période de chaleur a déjà commencé à Bamako. La température, à partir de 12h, dans la capitale, selon la météo nationale, évolue ces temps-ci entre 40 et 43 %. A cause de la canicule, la demande de l’électricité et de l’eau se fait plus pressante. Et cause du manque de pluies, les barrages de Manantali et de Sélingué sont incapables de produire le maximum de l’électricité.

Pour combler le déficit d’électricité, cette année, EDM-SA se rabat sur la production thermique. Laquelle coûte extrêmement chère. Par exemple, la seule Centrale de Darsalam consomme trois millions de F CFA de carburant par heure, soit 72 millions de F CFA en 24 h. A cause de la thermique, EDM-SA a accusé, en 2007, un déficit de 10 milliards F CFA.

Pour mieux informer les populations pour une économie d’eau et d’électricité, EDM-SA a initié une vaste campagne de sensibilisation. Elle a ouvert ses portes, hier, aux membres du bureau exécutif national de l’UNTM.

Siaka Diakité, Secrétaire général de cette centrale syndicale et ses collaborateurs ont visité la Centrale de Balinké. Située dans la zone industrielle, celle-ci est la jonction de l’électricité venant de Sélingué et de Manantali. Elle met 26 Mw sur le réseau d’EDM-SA.

Ici, le Directeur de production de cette unité, Mamadou Faranké Kéïta, a présenté à ses hôtes l’historique de la création de sa centrale et les conditions de son fonctionnement. A préciser que cette Centrale thermique consomme par heure deux millions de F CFA de carburant. « Le thermique, c’est notre Sida. Cette année, il nous faut l’énergie de la Sopam pour sortir de l’auberge« , a-t-il déclaré.

Après Balinké, la délégation s’est transportée sur la station de pompage d’eau d’EDM-SA situé à Djicoroni-Para. Là, c’est le Directeur central des eaux, Boubacar Kane, qui a accueilli la délégation.
Les hôtes ont visité les salles de Quart, d’analyse physico-chimique du laboratoire, entre autres.

Mamadou Dembélé, chef de service de Laboratoire central de l’eau, a affirmé: « l’eau que nous traitons ici et distribuons à travers tout le Mali est d’une qualité irréprochable« .

Cette thèse de M. Dembélé est confirmée par un Certificat ISO accroché au mur. Celui-ci atteste que l’eau distribuée par à travers le Mali répond aux exigences requises par la norme internationale. M. Dembélé n’a pas manqué de saisir l’occasion pour plaider la protection des eaux du fleuve Niger contre la pollution. Selon lui, plus l’eau est polluée, plus le coût de son traitement est très élevé.

La troisième étape de la visite a été consacrée à l’échange entre les responsables d’EDM et les visiteurs.

Pour jeter les bases de l’échange, le Directeur général d’EDM-SA, Sékou Alpha Djittèye, a présenté sa société à travers une projection en Power-pointe. Il a développé l’historique, l’état des lieux et le défis que EDM-SA s’est fixés en 2008.

Les interrogations des membres du Bureau exécutif ont porté sur la relation entre EDM-SA et l’AMADER, les pertes techniques que l’entreprise a enregistrées en 2007. Entre autres. Au terme de la rencontre, Siaka Diakité a tiré quelques leçons de la visite.

Primo, l’orateur de reconnaître le professionnalisme des agents d’EDM-SA.

Secundo, il a souligné qu’à travers cette visite, l’UNTM a mesuré les efforts consentis par l’EDM pour empêcher les coupures de courant. Pour terminer, Siaka Diakité a appelé la direction de l’Energie du Mali-SA à développer une véritable politique de communication pour mieux informer et sensibiliser les populations.

Abdoul Karim KONE

Un Ouest-Africain à la tête de l’Association Africaine des Eaux

Le Sénégalais Mamadou Dia, directeur général de la Sénégalaise des eaux (SDE), a été réélu à la tête de l’Association africaine de l’eau (AAE) la plus importante association du continent dans le domaine de l’eau et de l’assainissement, a appris Ouestafnews de source informée.

M. Dia, président du comité AAE du Sénégal, a été réélu pour un nouveau mandat deux ans à la tête de cette structure qu’il dirige depuis juillet 2006, rapporte l’Agence de presse sénégalaise (APS, officielle).

Sa réélection a eu lieu lors du 14-ème congrès de l’Association qui s’est déroulée à Cotonou (Bénin) du 25 au 29 février. La rencontre avait pour thème :  »partenariat et bonne gouvernance pour l’atteinte des objectifs du millénaire pour le développement. Elle réuni 350 participants venus des quatre coins du continent.
L’AAE tiendra son prochain congrès à Kampala (Ouganda) en
février 2010.

Ouestaf News

07 Mars 2008.