Partager

Encourageant et rassurant : c’est la mention qu’on pouvait attribuer hier 1er février 2007, jour d’entrée en vigueur du port obligatoire de la ceinture de sécurité pour les conducteurs de véhicules.

Sur la base de nos constats au niveau de certains carrefours de la capitale, notamment, les ronds-points du monument de la Colombe et du monument de l’Indépendance, la quasi-totalité des conducteurs ont respecté la nouvelle mesure.

L’inspectrice de la Compagnie de circulation routière, Kady Diallo, n’a pas manqué de manifester sa satisfaction. « C’est une première à mon avis qu’une instruction de sécurité routière soit aussi bien respectée par les Bamakois. Et c’est vraiment un bon début, que ça continue ainsi ! ». Selon elle, seuls deux conducteurs sur huit ne respectaient pas la mesure.

« Moi c’est la semaine dernière que j’ai révisé toutes les ceintures de ma cabine, car il ne faut surtout pas que je sois verbalisé pour un geste banal qui d’ailleurs me protège », a témoigné un chauffeur de « Sotrama ».

La seule excuse des rares usagers qui n’attachaient pas la ceinture était qu’ils n’étaient pas au courant de l’application à partir du 1er février. « C’est vous qui venez de m’informer de cette mesure et je m’en souviendrais dorénavant. Vous savez aussi que c’est un geste auquel nous ne sommes pas habitués. Mais, inch Allah avec le temps ça ira », a souligné un usager non porteur de ceinture de sécurité.

Amadou Waïgalo

02 février 2007.