Partager

Dans la nuit du 25 au 26 mars 1991, les forces Armées et de Sécurité ont répondu à l’appel de notre Peuple en déposant l’Ancien Régime, ouvrant ainsi la voie à la démocratie pour laquelle les Associations, l’UNTM et les autres forces politiques ont payé un lourd tribut.

Par cette décision historique dont le caractère salutaire a été loué tant par la Nation toute entière que par l’opinion internationale, nos Forces Armées et de Sécurités ont recouvré leur honneur et leur dignité bafoué par 23 ans de pouvoir sans partage d’un clan.

Depuis, le mur d’incompréhension voire de suspicion mutuelle que l’ancien régime avait érigé entre le peuple et ses forces Armées et de Sécurité s’est écroulé, la phase de transition en cours permettant désormais de trouver des réponses démocratique et équitables aux aspirations légitimes des Maliennes et des maliens.

La Nation toute entière a compris que ses Forces Armées et de Sécurité ont enduré les mêmes souffrances et le même dénuement que la grande majorité de nos concitoyens.

En reconnaissance de vos droits légitimes à une amélioration de vos conditions de vie et de travail, l’Etat, en dépit des difficultés économiques et financières aggravées par les conséquence matérielles de l’insurrection populaire de Janvier et mars 1991, a décidé de consentir à nos dignes soldats, Caporaux, Sous-officiers et Officiers de nos vaillantes Forces Armées et de Sécurité, les efforts ci-dessous indiqués :

A) Augmentation de salaires :

Pour compter du mois de juillet inclus, les salaires versés aux Forces Armées de Sécurité sont augmentés d’un montant forfaitaire net, appelé Indemnité spéciale de Solidarité dont le niveau est modulé comme suit :

CORP

1ère et 2 ème classe : 6500F CFA

Caporaux : 6000F CFA

Sous-officier : 5000F CFA

Elève- Officiers et Officier jusqu’à Capitaines : 4000F F CFA

Commandants : 4000F CFA

Autre Officiers : 1500F CFA

Montant de l’indemnité Spécial de Solidarité

Ces montants forfaitaires ainsi accordés correspondent à des taux d’augmentation substantiel du salaire net moyen de :

57,79% pour les soldats de 1ère et 2ème classes

42,16% pour les Caporaux

17,39% pour les Sous-officiers

1,7% pour les officiers

Rapportées au salaire net minimum, ces augmentations sont encore plus significatives car elle sont respectivement de 71,6% ; 55,1% ; 45,88% et de 8,7%.

B) Revalorisation de la grille indiciaire

Les statuts actuels de l’Armée prévoient que les salaires des Forces Armées de Sécurité évoluent en relation avec ceux de la Fonction Publique. Mais le décret d’application qui devait préciser les modalités techniques et pratiques de cette relation n’a jamais été pris. Ce vide juridique est en voie d’être comblé. De ce fait, la grille indiciaire d’entrée est revalorisée à l’indice 100.

Pour tenir compte des contraintes financières actuelles, l’augmentation de salaire que cela entraîne sera payée à partir du mois d’Octobre 1991 inclus avec rappel pour les mois de juillet, Août et septembre 1991. De même, elle sera effectuée de manière à préserver les considérations hiérarchiques au sein des Forces Armées de Sécurité.

C) Intégration de la prime globale d’alimentation au salaire

L’intégration de la prime globale d’Alimentation (PGA) au salaire versé pendant les 12 derniers mois précédant le départ à la retraite est acquise. La base de calcul de la pension de retraite est donc revalorisé, et par conséquent, la pension de retraite elle-même.

D’une manière générale, les nouveaux statuts des Forces Armées de Sécurité, en voie de finalisation, de même que le projet de loi de programmation militaire, en cours d’élaboration, permettront de redonner à nos vaillant Officier, Sous-officiers, Caporaux et Soldats la place de choix qu’ils méritent dans l’Etat de démocratie pluraliste du Mali nouveau.

D) extension du programme de départ volontaire à la retraite aux Forces Armées de Sécurités

Sous-officiers, Caporaux et Soldats qui le désirent sont éligibles aux avantages du Programme de Départs Volontaires à la Retraite jusqu’ici réservés aux seuls civils. Ceux qui auraient ainsi opté s’installeraient à leurs propres comptes, dans les activités lucratives pour eux-mêmes et bénéfiques pour l’économie nationale et la société malienne dans son ensemble, avec l’assistance de l’Etat.

Officiers

Sous-officiers

Caporaux et Soldats Forces Armées de Sécurités, le 20 Janvier nous rentreront tous ensemble dans nos casernes, avec la satisfaction morale et politique d’avoir accompli notre mission et d’avoir fait notre devoir, tout notre devoir, et rien que notre devoir face à notre peuple, et face à l’Histoire.

De ce jour-là nous exalterons nos vertus intrinsèques et nous nous acquitterons de notre fonction de défense de l’Intégrité Territoriale de la Nation et de maintien de l’ordre républicain dans le respect des Institutions démocratique de l’Etat.

Vive les Forces Armées de Sécurités

Vive la République

Vive le Mali Eternel.

Source

Frères d’Armes

10 avril 2007.