Partager

Après la vague de démissions des membres du comité directeur et de certaines figures emblématiques du CNID-Fyt, voici les sections, sous- sections et comités qui se mêlent à la danse.

En effet, du 3 juin dernier à nos jours, le parti du soleil levant dirigé par Me Mountaga Tall est en train de prendre de l’eau partout. Les sections de Sikasso, Bougouni, Sirakoro Birgo dans le cercle de Kati, Kidal et certains hauts responsables de la section de Ségou ont rejoint le mouvement du collectif des démissionnaires dont la tête de proue n’est autre que le ministre N’Diaye Bah et non moins désormais ancien secrétaire général du CNID-Fyt.

Selon le président de la section de Sikasso, Soumaïla Cissé, ce sont les 2/3 des membres de sa section qui ont démissionné. Les 24 démissionnaires tous membres de la section de Sikasso dont le président lui-même dénoncent “les méthodes déloyales, illégales et politiquement incorrectes du président Mountaga Tall“.

Dans le cercle de Bougouni, ce sont les tous premiers responsables de la section et des mouvements affiliés qui ont claqué la porte du parti. C’est plus d’une centaine de membres des sections, sous-sections et responsables des mouvements affiliés qui ont donc pris congé de leur parti.

Tous ces démissionnaires de Sikasso et de Bougouni sont des hommes influents, très côtés et appréciés dans leurs localités respectives.

Dans le cercle de Ségou, le CNID-Fyt a perdu pour de bon ses animateurs, véritables mémoires du cercle. Les cinq démissionnaires sont ceux qui détiennent les listes des membres et des structures de base. Ce sont eux qui assurent la coordination et l’animation du parti dans les sous-sections. Leur défection constitue, à n’en pas douter, une grande perte pour Me Mountaga Tall.

La même tendance se confirme à Kidal aussi où la sous-section a démissionné en bloc. Ce qui signifie que la tendance opposée au président Tall reste influente au Nord.

On se souvient en effet que les premiers responsables de la section de Tombouctou ont également rendu le tablier et “décidé de rejoindre les dissidents”.

Toutes ces lettres de démissions ont été notifiées par voie d’huissier au comité directeur du CNID hormis le cas de Ségou où elles ont été adressées au président de la section.

Selon nos informations, on s’attend d’ailleurs dans les jours à venir à une pluie de démissions en provenance des sous-sections et comités CNID-Fyt dans l’ensemble du cercle de Ségou.

Force est donc de constater que l’ardoise du conflit entre Me Mountaga Tall et ses opposants s’avère d’ores et déjà très salée pour le premier.

En effet, on dénombre environ près de 200 démissions depuis le 3 juin dernier des premiers responsables et des militants les plus actifs du parti et qui ont décidé de rallier la cause des seconds.

A ce propos, nous a-t-on fait remarquer, il est significatif que le communiqué de démenti publié par le comité directeur au lendemain de la publication de la liste des 65 démissionnaires se garde bien de donner la moindre indication sur l’identité de ceux qui n’en feraient pas partie. En clair, du côté des dissidents, on dénonce la supercherie des auteurs du communiqué.

Birama Fall

Le Républicain du 10 Juin 2010.