Partager

L’Institut National de la Statistique du Mali (INSTAT) a mis à la disposition de la presse les résultats de ses enquêtes. C’était à la faveur d’une conférence de presse animée, le lundi 30 décembre 2013, par son directeur général, Seydou Moussa Traoré, entouré de ses collaborateurs.

jpg_une-2512.jpgConçue pour actualiser notamment les indicateurs du Cadre Stratégique pour la Croissance et la Réduction de la Pauvreté (CSCRP), l’Enquête modulaire et permanente auprès des ménages (EMOP) a pour objectif de recueillir un large éventail d’indicateurs sociopolitiques, nécessaires pour suivre et évaluer les progrès réalisés dans l’amélioration des conditions de vie des ménages.

Pour Seydou Moussa Traoré, directeur général de l’INSTAT, pas de développement sans information. L’EMOP se veut une réponse à ce déficit d’information. Après l’exposé sommaire de l’INSTAT et l’EMOP par le Dg, les journalistes ont eu droit à une présentation détaillée de M. Issa Bouaré, directeur technique.

Les données ont été collectées en quatre passages (1er avril 2011 au 31 mars 2012) sur 7200 ménages dans les huit régions et du district de Bamako. Elles sont relatives à la démographie, le logement, l’éducation, la santé, l’emploi, la sécurité alimentaire, les dépenses de consommation, etc.

Niveau de pauvreté

Selon l’EMOP, 45% des maliens arrivent pas à satisfaire leurs besoins de base en 2011. L’enquête révèle que les ménages dirigés par les hommes contiennent plus de pauvres que ceux dirigés par les femmes (47% contre 27%). Pour éradiquer la pauvreté, l’investissement nécessaire est estimé à 192,6 milliards de FCFA. Ici il s’agit de la pauvreté mesurée par sa profondeur, c’est-à-dire le déficit collectif moyen des dépenses des pauvres par rapport à la ligne de pauvreté pour l’ensemble de la population.

Possession de biens durables

En 2011 au Mali, il ressort de l’enquête que 11% des ménages possèdent un réfrigérateur contre 5% en 2001. Ils sont 37% à disposer d’un téléviseur en 2011 contre 14% en 2001 (57% en milieu urbain contre 31% en milieu rural).

Concernant la possession du téléphone portable, l’EMOP indique que les ménages passent de 23% en 2001 à 67% en 2011 (milieu urbain 78% contre 63 en milieu rural).

Au niveau des engins à deux roues (moto), l’enquête donne 48% en 2011 contre 17% en 2001(milieu urbain, 52% contre 47% en milieu rural)

Services de base

L’EMOP montre que 81% des ménages ont accès à l’eau potable en 2011 contre 69% en 2001. Par rapport à l’électricité, le taux d’accès est passé de 8% en 2001 à 21% en 2011. En milieu urbain, entre les deux dates, le taux passe de 26 à 52% contre 1 à 10% dans le rural.

Après l’Enquête modulaire et permanente auprès des ménages (EMOP), l’INSTAT a mis trois autres études à la disposition de la presse. Il s’agit de: Consommation, pauvreté, bien-être des ménages (avril 2011 mars 2012) ; Santé, emploi, sécurité alimentaire et dépenses de consommation des ménages (octobre-décembre 2011) ; Accessibilité aux soins de santé, mobilité, vie politique et associative et dépense de consommation des ménages juillet-septembre 2011.

Ahmadou Maïga

Le Guido du 08 Janvier 2014