Partager

Le Mémorial Yacouba Tolo, organisé le dimanche dernier au Pavillon des sports du stade Modibo Kéita, a été un franc succès.

Pour la 1re édition du Mémorial Yacouba Tolo, les judokas, venus de 7 dojos de Bamako (Camp I de la gendarmerie, Camp Para, Idéale Forme, BIM, Usfas, Dojo Fédéral, Centre Déficient) ont tenu en haleine les nombreux spectateurs, dont le président du Comité national olympique et sportif du Mali (Cnosm), Habib Sissoko.

Le président du Cnosm avait à ses côtés le directeur national des sports et de l’éducation physique, Moriké Traoré, le président de la commission institutions et organisations internationales du Cnosm, Seydou Sissouma, le président de la Fédération malienne de judo, Amadou Traoré mais aussi et surtout épouse, parents, amis et connaissances du défunt.

Les hostilités ont débuté dès le matin avec les éliminatoires. Les finales (11 combats, dont 6 de filles) ont été jouées l’après-midi. On notera dans les finales filles, la bonne prestation des militaires avec les victoires d’Awa Camara (Camp Para) dans la catégorie des -48 kg et celle de Djénéba Traoré (-52 kg).

Deux victoires acquises contre Amssata Guindo (Camp Para) et Mama Diarra de la BIM. On ne pourra non plus passer sous silence les victoires par ippon de Aissata Sow (Dojo Fédéral) et de Astan Sacko (Camp I).

Chez les hommes, Adama Meité du Dojo Fédéral (-60 kg) a créé la sensation par un ippon expéditif sur la pensionnaire du Camp I en quelques minutes du combat. On notera aussi le combat de titans livré par les deux combattants de l’Usfas (Souleymane F. Konaté et Siaka Samaké) d’une part et d’autre part par Baniamé Sylla (BIM) et Boulkassoum Konaté du Centre Déficient.

Entre les deux finales la médaille de bronze de Seydou Traoré, obtenue à Niamey lors du dernier tournoi de l’UAJ, a été présentée au public. Signalons qu’à l’issue des finales tous les combattants dans une ambiance d’émotion et de joie ont reçu des prix et cadeaux.


Boubacar Diakité Sarr

Encadré

Qui était Yacouba Tolo ?

Né vers 1958 à Bamako, Tolo, très jeune, débuta le judo en 1972 au Dojo Fédéral avec maître Raymond Coulibaly, ceinture noire 5e dan. Arraché à l’affection le 17 juillet 2007, il a participé à différentes compétitions nationales et internationales en Côte d’Ivoire, en Algérie, au Maroc, au Sénégal et en Tunisie.

Ceinture noire 3e dan maître Tolo a obtenu les distinctions d’arbitre de l’Union africaine de judo (UAJ) dans les catégories A, B et C respectivement en 1997 à Bamako, 2001 à Alger et 2004 à Tunis.

B. D. S.

22 Juillet 2008