Partager

Le vendredi 12 Mars dernier, le musée Muso Kunda a accueilli Maliculture qui, dans le cadre de son initiative, « Un mois au Musée et celle en hommage de la femme artiste en marge du 8 Mars », a entretenu un dialogue entre quatre femmes d’expression artistique accompagnées de deux écrivains. Les échanges se sont déroulés autour du thème : Femme : Mémoire historico-culturelle de la société conservatrice naturelle du patrimoine. 

Ils étaient trois femmes et deux hommes autour de la modératrice Fatoumata Boubou Koita, en face des élèves du lycée Fily Dabo Sissoko et Bâ Aminata Diallo, les journalistes et certains artistes. D’après l’organisatrice Dia Yaye Sacko, cette initiative avait pour but d’exprimer avec fidélité l’univers de la femme dont les légatrices devront s’approprier pour la construction des futures générations de l’Afrique en général et du Mali en particulier, pour pleinement jouer leur partition dans l’universalité.

Lors des échanges, plusieurs questions sur la femme ont été touchées du doigt notamment les obstacles que les artistes féminins font face dans notre société. Pour N’fana Kaba Diakité, éditeur, un des panelistes, l’un des problèmes majeurs de l’artiste féminin est le problème de reconnaissance dans un milieu largement dominé par les hommes. 

Maman Koné, artiste comédienne, une des panelistes, n’est pas de mèche avec cette affirmation. Selon elle, la femme artiste ne fait pas face à un obstacle quand elle est déterminée, motivée et engagée. « Dieu a donné la tête à la femme tout comme à l’homme pour créer. Et chaque jour que Dieu fait, la femme crée soit en donnant vie à un enfant, soit en entreprenant. Le vrai problème est que la femme se minimise. Or, elle a beaucoup d’atouts qu’elle peut exploiter pour réussir, à préciser que je parle de la compétence et la capacité. Je veux juste dire à la femme de ne pas trop se laisser dominer par la facilité car, plusieurs femmes au Mali ont déjà fait leurs preuves », a-t-elle enrichit. 

A ajouter à cette problématique, le rôle que doit jouer un artiste dans la société a été débattu. Pour les panelistes, les artistes sont les messagers de la société. Ils ont un rôle de représentativité, de pacificateur et de dénonciateur. « L’artiste à travers ses œuvres, telles des tableaux, représente les faits de la société à travers lesquels chacun se voit. Il a également un rôle sensibilisateur, interpellateur et pacificateur » a déclaré Sory Diakité alias Saccharose Buccal Agréable Slameur, un des panélistes. 

Naba Traoré Touré, artiste chanteuse et panéliste, embouche dans la même trompette. Selon elle, l’artiste féminin est considérée comme le gardien de la société. « Pour moi, l’artiste donne l’image qu’il faut à la société à travers ses productions. En plus de cela, nous divertissons » dit-elle. 

Ces échanges se sont clôturés par des prestations de slam abordant plusieurs thèmes de la société notamment la gente féminine.

Adama Sanogo

@Afribone