Partager

Le Secrétaire général de l’ONU sur la présidentielle du 28 juillet : « Même si l’élection est imparfaite, les résultats doivent être respectés» dixit Ban Ki Moon

Décidément, c’est un message fort de Ban Ki Moon adressé aux 28 candidats en lice pour la présidentielle du 28 juillet. Le Secrétaire général de l’ONU appelle ainsi les candidats à un code de bonne conduite et à respecter le verdict des urnes.

Le Secrétaire général de l’ONU séjournait à Paris dans le cadre de la célébration du 14 juillet. Dans ses entretiens avec différents interlocuteurs notamment le président par intérim Dioncounda Traoré, François Hollande ou Abdou Diouf, Ban Ki Moon ne s’est pas empêché de partager ses inquiétudes sur l’élection présidentielle du 28 juillet. On se rappelle que le patron de l’ONU avait émis plusieurs fois des réserves sur la faisabilité du scrutin à la date indiquée. Toutefois, face à la volonté du Mali et certains partenaires de tenir à tout prix cette élection pour doter le pays d’un régime fort et légitime, Ban Ki Moon semble se résigner.

« J’espère que l’élection présidentielle se tiendra au Mali paisiblement, dans un climat calme« , a -t-il déclaré au cours d’un point de presse à l’issue d’une rencontre avec le Secrétaire général de la Francophonie, Abdou Diouf, à Paris.

« Les résultats, même si l’élection peut être imparfaite, doivent être respectés par toutes les parties« , a souligné le premier responsable de l’ONU.

Il se murmure que la date de la présidentielle aurait été imposée par la France. Des allusions sont plus ou moins faites sur les propos de François Hollande qui avait déclaré que : » La France reste intraitable sur la date du 28 juillet « . Cette prise de position du président français avait suscité des réactions contre la France. Certains avaient qualifié le ton français de paternaliste.

Toutefois, Dioncounda Traoré de passage à Paris à l’occasion des festivités du 14 juillet, durant lesquelles les troupes maliennes et africaines ont participé au défilé militaire sur les Champs-Élysées, le président malien a tenu à apporter des précisions sur la date du premier tour de l’élection présidentielle qui doit se tenir le dimanche 28 juillet.

«Je n’ai jamais parlé de la date des élections avec François Hollande», a-t-il assuré dans un entretien à France 24. « Cette date a été fixée par le gouvernement malien sous mon impulsion. Je vais même être très franc avec vous : c’est moi qui ai décidé cette date » a-t-il ajouté.

Du côté des autorités maliennes, on indique que ces élections seront libres, crédibles et transparentes.

En tout cas à deux semaines du scrutin, aucun incident majeur n’a été signalé. Le cas Kidal est en passe d’être résolu. Après un premier passage du Gouverneur jeudi dernier, il est à nouveau de retour à Kidal avec des techniciens et des groupes électrogènes. Preuve que les choses commencent à bouger. Nous vous informons que les préfets de cercle, une équipe de la DGE et de la CENI sont depuis jeudi sur place pour la distribution des cartes NINA.

Abdoulaye DIARRA

L’Indépendant du 16 Juillet 2013.