Partager

Le Mouvement populaire du 22 mars (MP 22) a organisé un meeting de mobilisation des troupes le samedi 30 mars 2012 au Stade du 26 mars de Yirimadio. Avec à leur tête Dr Oumar Mariko du parti SADI, les partis et mouvements associatifs qui soutiennent le coup d’Etat du Capitaine Amadou Haya Sanogo, ont réaffirmé leur opposition à ce qu’ils appellent « un rétablissement de l’ordre ancien « , c’est-à-dire la détermination de la Communauté internationale, la CEDEAO notamment, à rétablir l’ordre constitutionnel normal.

Ils étaient quelques milliers de militants de partis politiques et associations comme SADI, BARA, MOSAD, RPDP, CRS à répondre présents au meeting organisé par le MP 22 le samedi dernier au Stade de Yirimadio. Bravant la canicule et le chaud soleil, ceux certains observateurs apellent » les nouveaux révolutionnaires » ont scandé des slogans hostile au régime du président déchu, Amadou Toumani Touré. » A bas ATT ! A bas la CEDEAO ! A bas la France ! A bas la Communauté internationale ! » Ce sont là des messages forts scandés à gorge déployée par plusieurs jeunes visiblement surexcités.

Les banderoles affichaient des messages comme : « Le Mali au dessus de tout. Non aux trois ennemis : une classe politique corrompue, une ingérence de la communauté internationale, des rebelles apatrides. Les démons-crates craquent, le peuple triomphe, dehors les fossoyeurs du peuple… »

Après avoir accueilli dans une ovation spéciale au cri de «Mariko, Mariko, Mariko», le Secrétaire général du parti SADI, Dr Oumar Mariko, les manifestants ont exécuté à l’unisson l’hymna national du Mali, le Mali. C’est ensuite le tour de Mme Rokia Sanogo du parti SADI d’haranguer les foules. «Nous proclamons et réaffirmons que le Coup du 22 mars est un acte courageux, un sursaut militaire, un sursaut historique», a-t-elle martelé.

Avant de rappeler le contexte de la naissance du MP 22, composé de partis de l’opposition (parlementaire et extra-parlementaire), des partis de la majorité qui viennent de rejoindre le mouvement, de 108 associations et de plusieurs personnalités. Elle a indiqué que le mouvement a suivi avec stupeur et déception le communiqué final de la conférence des chefs d’Etat et de gouvernement de la CEDEAO du 27 mars 2012. » Le MP 22 trouve incohérent de la part de la CEDEAO de vouloir discuter avec un Etat qu’il a déjà suspendu de ses rangs ; le MP 22 dénie toute légitimité à la CEDEAO de juger de la légitimité d’un gouvernement quel qu’il soit « , a-t-elle martelé.

Pour d’autres intervenants, » le MP 22 réaffirme son opposition au rétablissement de l’ordre ancien « . Le mouvement interroge la CEDEAO face aux différents problèmes tels que l’insécurité au Nord, la violation de la loi électorale par l’exclusion de l’opposition de la commission électorale nationale indépendante (CENI), « la violation de la souveraineté nationale par l’admission de toutes sortes de bandes armées dans le nord du Mali( AQMI, narcotrafiquants, MNLA, salafistes, bandes armées provenant de la Libye), la violation du protocole de la CEDEAO qui interdit toute modification de constitution à six mois des élections».

Pour certains responsables du MP 22, » le coup d’Etat du capitaine Sanogo est simplement un sursaut salutaire pour mettre fin à une série d’injustices, pour débarrasser le Mali des généraux. Ce coup est l’unique moyen pour le peuple de recouvrer sa dignité et sa foi en la démocratie « .

Et Mme Rokia Sanogo d’expliquer que le » MP 22 constate avec stupeur l’asservissement des différents chefs d’Etat de la CEDEAO qui encouragent leurs maîtres impérialistes à sévir contre le peuple du Mali comme ils l’ont fait avec la Libye « . D’autres intervenants vont enfoncer le clou en affirmant que face à la menace des chefs d’Etat de l’organisation ouest-africaine, le peuple malien sait compter sur les peuples frères de la CEDEAO pour éviter un bain de sang au peuple du Mali.

En tout état de cause, a assuré un autre leader du MP 22, le peuple malien est prêt à répondre de manière appropriée à toute guerre qui lui sera imposée de l’extérieur. La CEDEAO doit comprendre, a-t-il indiqué sous les ovations des participants au meeting, qu’une dynamique interne de résolution de crise impliquant l’ensemble des forces vives de la nation est déjà amorcée. » Le MP 22 espère compter sur la CEDEAO pour accompagner cette dynamique interne « , a-t-il conclu.

Bruno D. SEGBDJI

L’Indépendant du 02 Avril 2012