Partager

Le Palais de la culture a servi de cadre mercredi 31 juillet 2013 pour le meeting d’information des jeunes qui soutiennent Soumaïla Cissé. A cette cérémonie, le président du Mouvement national des jeunes de l’URD, Dr Madou Diallo a, après avoir appelé ses camarades à la retenue, rassuré qu’il y aura forcément un second tour. Car pour prétendre passer au 1er tour, il faut qu’un candidat obtienne 1.809.869 voix tandis qu’aucun candidat n’a atteint 1,2millions.

L’annonce de la victoire d’IBK dès le premier tour de la présidentielle par le ministre de l’Administration territoriale suscite la colère des militants de l’Union pour la République et la Démocratie (URD). Ils estiment que cette annonce du Ministre Coulibaly est folklorique dans la mesure où il est inimaginable que quelqu’un puisse passer au premier tour avec un tiers des résultats du scrutin. « On ne savais pas qu’un candidat pouvait gagner avec 1/3 des résultats.

Même cette histoire du tiers est fausse car notre mandataire nous a affirmé qu’ils étaient à 12% de dépouillement», a précisé le président des jeunes de l’URD, Dr Madou Diallo. Il a ajouté que les chiffres qu’ils ont en leur possession imposent un second tour. «Soyez rassurés, un second tour est certain. Nous avons notre propre centre de traitement des résultats qui nous prouve qu’un second tour est inévitable.

Car pour qu’un candidat passe au premier tour, en raison de 53% de participation, il doit obtenir 1.809.869 voix. Alors que selon les chiffres que nous possédons, aucun candidat n’a plus de 1,2 millions de voix», a-t-il précisé. D’ores et déjà, il a informé l’assistance que les juristes sont au travail pour la saisine de la Cour constitutionnelle afin de résoudre les irrégularités constatées. A titre d’exemple, Dr Diallo a souligné que Soumaïla Cissé a battu IBK dans plusieurs localités. Notamment à Mopti ville où Soumaïla a eu 15.276 voix contre 5463 pour son adversaire, à Djenné, Soumaïla a obtenu 17.000 voix contre 5000 pour IBK. Sur ce, il a invité ses camarades jeunes de tous les partis alliés de l’URD à travailler pour le second tour.

Pour sa part, le président des jeunes du Pdes, Moulaye Haïdara dira que la République est en danger, mais avec la jeunesse responsable qui soutient Soumaïla Cissé, il n’y aura pas de violence, mais les moyens légaux seront utilisés pour que la vérité triomphe. «On veut diaboliser le FDR, alors que si le FDR n’avait pas existé, il n’y aurai pas d’intervention des forces internationales encore moins la tenue d’élection.

Tout compte fait, nous n’avons pas d’arme, notre seule arme est la carte Nina», a indiqué Moulaye Haïdara. Il a souligné que si leur candidat était battu dans les urnes, qu’ils seraient les premiers à solliciter le vainqueur. «Nous sommes d’accord avec les vrais résultats, mais nous ne serons pas d’accord avec une mascarade électorale», a-t-il dit.

Partant, il a invité ses camarades à rester sereins et à redoubler d’effort pour affronter le second tour. «Si un peuple engagé devient un simple spectateur, on assiste à un festival des brigands. Jamais, de mémoire d’homme, on a assisté à la proclamation des résultats d’un scrutin en donnant les tendances d’un tiers sans fournir de données statistiques», déclarera Moulaye Haïdara.

Quant à la présidente des femmes de l’URD, Mme Wadidié Salimata Dagnoko, elle a affirmé ceci : «Oui à une élection transparente, non à la fraude et tolérance zéro au holdup électoral», a-t-elle conclu.

Oumar KONATE

Le Prétoire du 01 Août 2013