Partager


La 14ème Assemblée générale des médecins de campagne s’est ouverte le jeudi 18 janvier 2OO7. La cérémonie a réuni plusieurs personnalités du monde sanitaire dont les membres de l’Association des Médecins de Campagne, le représentant du ministère de la Santé, le président de la commission santé de l’Assemblée Nationale, le professeur Sambou Soumaré (FMPOS) et le représentant de l’OMS au Mali.

L’INTERVENTION DU PRESIDENT DE L’ASSOCIATION DES MEDECINS DE CAMPAGNE

Dr Karamoko Nimaga, président de l’Association des Médecins de Campagne, s’adressant à l’assistance, dira : “votre présence à cette cérémonie témoigne de l’intérêt que vous accordez à l’exercice du métier de médecin de campagne et à la vie de notre association. En effet la médecine de campagne au Mali et en Afrique commence à s’imposer, nous n’avons plus le droit d’arrêter cette gigantesque oeuvre car, nous constituons une référence pour la future génération de médecins et un espoir pour la communauté malienne tout entière. Consciente que la santé et le développement vont de pair, et que pour mieux se développer, les forces productrices ont besoin de soins adéquats, notre association s’est fixée, comme vocation l’offre de soins de proximité jouant ainsi un rôle non négligeable dans la lutte contre la pauvreté”.

L’association s’est enrichie de 15 nouveaux médecins installés dans les conditions requises (prospection, étude de faisabilité, formation théorique et pratique, contractualisation) leur équipement sera fait au cas par cas. Ce processus a été mené conjointement par l’Association des Médecins de Campagne (AMC), Santé-Sud et les praticiens hospitaliers et universitaires maliens. Les stages de perfectionnement et les recyclages en techniques de laboratoire se sont poursuivis. La plupart des techniciens de laboratoire des centres disposants de cette structure ont été formés au dépistage des tuberculeux par le Programme National de Lutte contre la Tuberculose (PNLT).

L’AMC a participé à la conférence internationale sur la santé communautaire organisée conjointement par l’OMS, l’UNICEF, l’ONUSIDA et la Banque Mondiale à Addis-Abéba; et à la session Europa de formation des formateurs dans la prise en charge des épilepsies tenue à Dakar. Le financement de l’actuel projet prendra fin en juillet 2007 mais le partenaire Santé-Sud désire, dans le cadre de la poursuite de la médicalisation de la première, appuyé l’installation d’une dizaine de Médecins chaque année, à travers la formation et le suivi: l’association se fera le devoir de chercher des financements pour leur équipement de même que les charges inhérentes à la vie associative.

Dr Nimaga a dit ceci:” je lance un appel solennel à nos cadets médecins pour leur dire qu’il y a du travail qui les attend dans les campagnes. A nos professeurs de la Faculté de Médecine de Pharmacie et d’Odontostomatologie que nous sommes engagés pour parfaire la formation pratique des étudiants en fin de cycle”. Avant de conclure, il a demandé aux autorités d’accorder une attention particulière aux médecins de campagne.

LE DISCOURS DU REPRESENTANT DE SANTE-SUD

Nous devons ensemble préparer l’avenir de la médecine de campagne au Mali d’ici juillet 2007, date qui marquera la fin du financement du projet en cours cofinancé par l’U.E (75%), la Coopération Française (10%) et Santé-Sud (15%).

Depuis le début, Santé-Sud et l’AMC agisent ensemble. Les deux entités sont intriguées, d’autant plus que les permanents de Santé-Sud Mali sont aujourd’hui, d’anciens médecins de campagne. Cette histoire fait qu’il est difficile de faire la distinction des deux associations par les jeunes médecins.

L’atelier de réflexion du 25 septembre 2005 a permis de clarifier les rôles entre Santé-Sud et l’AMC, en reconnaissant que le partenariat fusionnel des débuts devait évoluer vers un nouveau partenariat mieux équilibré et plus complémentaire. Chaque entité doit faire ce qu’elle peut faire et non vouloir imiter l’autre ou remplacer l’autre. Chacune d’entre elles devrait rester fidèle à sa charte, a précisé le représentant de Santé-Sud. Avant de jeter les jalons de l’après financement de la part de l’Union Européenne.

Après l’intervention du président de l’AMC et du représentant de Santé-Sud, la parole est respectivement revenue au professeur Sambou Soumaré, au représentant de l’OMS, au député Zoumana Fa Sangaré et enfin au représentant du ministère de la Santé qui a prononcé le discours d’ouverture.

Au cours de cette assemblée, plusieurs thèmes seront abordés dans les deux jours. Dans la première journée, cinq thèmes vont être exposés, tandis que dans la deuxième journée, le vendredi 19, un thème sera développé.

Mamoutou DIALLO (Stagiaire)

19 janvier 2007.