Partager

Alors qu’il était attendu pour céder par l’acceptation de l’ouverture démocratique, le Général Moussa Traoré dans l’après midi du 22 mars promettait une couronne d’enfer sur la tête des manifestants qui ne réclamait qu’un État où les droits inaliénables de l’homme sont respectés : les libertés démocratiques ; un état de droit qui garantit au citoyen, la liberté d’opinion, celle de militer librement dans le parti de son choix (multipartisme), liberté d’expression, d’aller et venir, de manifester …De hautes luttes et au prix de centaines de vies humaines (cf. carré des martyrs), de personnes handicapées à vie, le mode de gouvernance démocratique à été arraché et le régime dictatorial enterré.

Qui veut, 26 années après, déterrer la dictature contre le peuple martyr du Mali ? Vraisemblablement Me Tapo veut pousser IBK sur un terrain de l’histoire qu’il ne doit pourtant pas ignorer s’il n’est pas atteint d’amnésie. Car la contribution du barreau malien avec le bâtonnier Me Drissa Traoré, à l’avènement de la démocratie a été de taille. Peut être que pour Me Kassoum Tapo, cette histoire du Mali, ne serait que des histoires.

Il fait irruption dans les cabines du JT de l’ORTM pour accoucher une déclaration tardive, contestant la décision de sagesse du Gouverneur du District de Bamako, Aminata Kane, qui n’a pas eu d’objection à la marche pacifique réussie par le peuple souverain du Mali, le 17 juin 2017. C’est quel ministre des droits de l’homme qui déclare que « cette marche qui a eu lieu, il y a quelques jours et celle qui est programmée sont parfaitement anti-démocratiques, anti-républicains et anti- patriotiques ».

A ce ministre promettrait ou conseillerait au Président IBK de promettre une couronne d’enfer à ces ‘’apatrides’’ de manifestants pour leurs droits imprescriptibles. Le Président de la République doit se tenir pour averti des propos scandaleux de ce ministre pyromane. Sa déclaration incendiaire à l’emporte pièce est une vraie défiance vis-à-vis d’Amnesty International qui signifiait il y a quelques jours que l’état d’urgence ne justifiait pas une restriction totale et systématique des manifestations. « Les forces de sécurité au Mali doivent s’abstenir de recourir à une force inutile ou excessive contre les manifestants pacifiques », déclarait Amnesty International à la veille de la marche du 17 juin contre le projet de révision constitutionnelle.

«Le fait d’interdire systématiquement à des citoyens de manifester pour exprimer une opinion constitue une restriction injustifiée au droit à la liberté de réunion pacifique», a déclaré Gaetan Mootoo, chercheur sur l’Afrique de l’Ouest à Amnesty International. «Jusqu’à preuve du contraire, ces manifestations ne constituent aucune menace, et rien ne saurait justifier l’utilisation excessive de la force à l’encontre de ceux qui y participent», selon ces vrais militants des droits de l’homme à l’opposée de Me Kassoum Tapo, dont rien ne justifie plus la qualité de ministre des droits de l’homme. La liberté de manifestation pacifique est consacrée par le droit international et la Constitution malienne.

Celle-ci précise en son article 5 : « L’Etat reconnaît et garantit, dans les conditions fixées par la loi, la liberté d’aller et venir, le libre choix de la résidence, la liberté d’association, de réunion, de cortège et de manifestation», rappelle Amnesty International. Les autorités justifient cependant, et Me Kassoum Tapo en est une illustration parfaite, l’interdiction des manifestations par l’état d’urgence quasiment toujours en vigueur dans le pays depuis novembre 2015.

Toutefois Amnesty International considère trop exagérée une restriction totale et systématique des manifestations dans le contexte de l’état d’urgence. Le ministre des droits de l’homme ne s’est-il pas donc réjoui des blessées par les forces de sécurité les 8 et 10 juin derniers au cours de manifestations pacifiques réprimées contre le projet de réforme ? Le président IBK est fortement interpellé sur les intentions de ce ministre qui apparemment veut autre chose que servir l’intérêt du peuple.

B. Daou

29 Juin 2017