Partager

Profitant de l’ouverture du 11ème Conseil national de son parti, le Président du CNID Faso Yiriwa Ton, Me Mountaga Tall, a mis fin aux folles rumeurs qui circulent à Bamako concernant l’achat par le Président de la République, Ibrahim Boubacar Kéita, d’une belle voiture Rolls Royce, pour un montant de 655 millions de FCFA.

En effet, selon Me Tall, aujourd’hui ministre de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique, la belle et rutilante Rolls Royce n’existe pas. «L’image qui a circulé sur Internet est un faux», a martelé le leader du parti du Soleil levant devant ses militants et délégués, venus de l’intérieur et des 6 communes du District de Bamako pour prendre part aux travaux du 11ème Conseil national du CNID, tenu le dimanche 25 mai dernier à son siège.
Cette mise au point du Président du CNID a été accueillie par ses militants sous des tonnerres d’applaudissements. C’était aussi en présence de partis amis, comme l’ADEMA, l’UDD et l’UM-RDA, s respectivement par Cheick Mamoutou Thiam, Me Sylvain Makan Kéita et Bocar Moussa Diarra.

Autre sujet brûlant de l’actualité évoqué par Me Tall lors de ce conseil, l’avion acheté par le Mali, «pour le Mali et au nom du Mali et qui a fait couler beaucoup d’encre et de salive, sans que les bonnes questions aient toujours été posées». Selon lui, ces interrogations sont: «est-il normal le Président de la République du Mali dispose d’un avion de commandement? Personne ne répond par la négative à cette question. Et pour cause, car, entre autres raisons l’Algérie, le Niger, le Burkina Faso, la Côte d’Ivoire, la Guinée, le Sénégal et la Mauritanie qui nous entourent possèdent tous un tel avion pour leur chef d’Etat.

Mais alors, et c’est la deuxième question, un nouvel aéronef était-il nécessaire, au vu de celui qu’utilisaient les Président ATT et Dioncounda Traoré? Nul à ce jour, n’a produit de documents attestant que cet avion appartient effectivement au Mali. Député au moment de l’apparition de l’avion dans le ciel malien, je n’ai pas souvenance d’une saisine de l’Assemblée nationale pour son achat. Or, le passage par le Parlement est incontournable pour une telle dépense. La preuve: l’Assemblée nationale sera prochainement saisi d’un projet de loi portant Collectif budgétaire incluant le nouvel avion».
Auparavant, le Président du CNID s’était entretenu avec ses militants sur les derniers évènements qui sont survenus à Kidal. Il s’agit de l’agression de la délégation gouvernementale conduite par le Premier ministre à Kidal, avec l’assassinat d’administrateurs et d’autres civils et les affrontements entre l’armée malienne et une coalition de rebelles, d’indépendantistes et de narco-jihadistes. Selon lui, le Mali a perdu la bataille de Kidal, mais il ne doute pas un seul instant que nous gagnerons celles de l’intégrité territoriale du Mali, de la réconciliation nationale et du développement intégral de notre pays.

«Nul ne peut certes accepter le fait accompli de Kidal, mais chacun doit se fixer comme objectif ultime la paix, qui passe nécessairement par le dialogue et la justice», a déclaré le désormais ministre de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique.
Ce 11ème Conseil national du CNID coïncide avec la date de son 23ème anniversaire et intervient à quelques mois des élections communales. Cette rencontre a donc été mise à profit pour poser les balises de cette consultation, au cours de laquelle, le parti du Soleil levant veut améliorer ses résultats de 2009, pour renforcer sa position sur l’échiquier politique national.

Youssouf Diallo

Le 29 Mai 2014