Partager

Après une longue hibernation

Déçu et dégoûté par la pratique politique au Mali, l’ex-Bâtonnier, Me Drissa Traoré, membre fondateur du Mouvement démocratique, président fondateur du PDP, avait juré, la main sur le coeur, devant Dieu et les hommes, qu’il ne fera plus de politique. Mais c’était sans compter avec le virus de la politique. En effet, le voici revenir au devant de la scène en adhérant à l’ADEMA-PASJ. Cette adhésion a fait l’objet d’une cérémonie modeste dans l’après-midi d’hier jeudi 16 octobre, au siège des abeilles, à Bamako-coura, en présence de Dioncounda Traoré entouré de quelques responsables de la ruche.

Le retour de Me Drissa Traoré en politique a été signé hier à Bamako-Coura. C’était sous l’égide du président Dioncounda Traoré qui avait à ses côtés Mohamedoun Dicko, Marimanthi Diarra, Mahamane Santara, Mme Zourè Fadimata Maïga, Moussa Alassane Touré, El Madani Diallo, Boubacar Bah dit Bill et le très contesté Kalifa Abba Dicko, président de la commission d’organisation du 4è Congrès ordinaire de l’ADEMA-PASJ.

L’ex-Bâtonnier, Me Drissa Traoré, était accompagné, pour la circonstance, d’une trentaine de personnes (jeunes, femmes, vieux et adultes). Sans trop de protocole, le président des abeilles a pris la parole pour rappeler les hauts faits de Drissa Traoré qui a courageusement et éloquemment pris part à la chute de la dictature du Général Moussa Traoré.

«Il fut un temps où il était difficile de s’exprimer au Mali, de penser librement, d’inscrire son action politique dans un choix. Drissa Traoré s’est battu de façon désintéressée pour changer la situation et instaurer le pluralisme politique et la démocratie dans notre pays. Nous avons cheminé ensemble. Nous avons mené des combats nobles ensemble. Mais vous savez que les vrais combattants n’aiment trop se faire voir. Drissa Traoré est un de ces combattants. Il n’est donc pas étonnant que nous nous retrouvions aujourd’hui. C’est un honneur pour nous» a déclaré Dioncounda Traoré qui n’a pas tari d’éloges à l’endroit de l’hôte de marque.

Très ému, ce dernier a laissé entendre qu’il a toujours existé une affinité politique entre lui et les responsables de l’ADEMA. «Je réponds favorablement à l’appel patriotique de certains dirigeants ADEMA qui m’ont approché pour adhérer à la ruche afin de poursuivre la construction démocratique. J’ai discuté avec El Madani Diallo et Boubacar Bah dit Bill.

Nous avons dégagé une concordance de vue et une parfaite symbiose. C’est donc avec un honneur et une très grande satisfaction que nous adhérons aujourd’hui au parti ADEMA. Nous allons donc nous mettre au travail dès à présent. Nous allons travailler afin que l’ADEMA soit davantage grand et davantage renforcée» a promis Me Drissa Traoré.

Ensuite, il a reconnu qu’il avait juré de ne plus faire la politique : «J’ai vécu des situations dramatiques, compromettantes, incompréhensibles. J’étais vraiment déçu et dégoûté de la pratique politique dans notre pays. Avec le conseil de certains camarades, j’ai changé de comportement et j’ai décidé de revenir à la politique. Je suis prêt pour le combat, enthousiasmé et engagé».

Rappelons que Me Drissa Traoré est, depuis 2003, le doyen de l’Ordre des Avocats du Mali, membre fondateur de l’association des jeunes Avocats du Mali et premier président de cette organisation. Il sera de 1989 à 1991, le Bâtonnier de l’Ordre des Avocats du Mali. C’est à ce titre qu’il s’était engagé dans le mouvement démocratique d’alors et il en devint le porte-parole.

Pour ceux qui ne le savent pas ou qui l’ont déjà oublié, c’est Me Drissa Traoré qui avait remis au dictateur Moussa Traoré la lettre lui demandant de démissionner de ses fonctions de président de la République.

A l’époque, il fallait être extrêmement courageux et patriote convaincu pour se dresser contre le prince du jour. Il l’avait fait avec honneur et dignité, en compagnie de feus Me Demba Diallo, Abdramane Baba Touré, Bakary Karembé, Mohamed Lamine Traoré et Me Hamidou Diabaté ainsi que Modibo Diakité et bien d’autres.


Ensemble, ils réussiront à faire partir Moussa Traoré avec le parachèvement, par l’armée avec à sa tête ATT, de la révolution de Mars 1991.

Avec l’acceptation du pluralisme politique, il créa, en 1991, avec d’autres camarades, le PDP dont il sera le prémier président. Ainsi, il sera candidat aux premières élections présidentielles pluralistes et démocratiques du Mali en 1992. Il obtiendra un score honorable, ce qui lui a permis d’entrer dans le premier gouvernement de Alpha Oumar Konaré, en qualité de membre des Partis signataires du Pacte républicain (PSPR).

De 1991 à 1993, il a occupé le porte-feuille de ministre d’Etat chargé de la Justice et des droits de l’homme.

Dégoûté par la pratique politique, il démissionera de la présidence de son parti et créera plus tard le PDA-Dunkafa ton. Petit à petit, il s’éclipse de la scène politique et se fait oublier par l’opinion publique. Il vivait cacher.

Rappelons que Me Drissa Traoré est titulaire d’une licence en Droit privé (Faculté de Droit d’Amiens, France) d’un certificat en criminologie de la Faculté de Droit de Tours (France) d’un autre certificat en Sciences criminelles de l’Institut de criminologie Paris II (Panthéon-Sorbone) et enfin d’un certificat d’aptitude à la profession d’avocat (CAPA) du Barreau du Sénégal.

Né le 2 mai 1946 à Bamako, cet originaire de Bougouni est marié et père de cinq enfants.

Pour boucler la boucle, il faut relever que depuis 1991, Me Diissa Traoré est vice-Consul honoraire du Royaume d’Espagne auprès de la République du Mali.


Chahana TAKIOU

17 Octobre 2008