Partager


L’Ambassadeur John Danilovich a été précédé dans notre pays de James A. Mazzarella, chargé de communication de MCC et des relations avec le Congrès. Celui-ci a eu hier une rencontre avec la presse malienne pour échanger sur les attentes et les suggestions des hommes de médias au programme.

Les responsables du MCA-Mali ont décidé de faire de la communication l’un des axes prioritaires de leur intervention. C’est ainsi que depuis le mois de septembre, ils ont eu une première rencontre avec les hommes de media dans la perspective de la rentrée en vigueur du programme.

Depuis lors, Mahamane Bania Touré et son équipe multiplient des rencontres périodiques avec les acteurs de la communication et de l’information de Bamako et de Ségou, plus précisément de la zone Office du Niger.

La rencontre d’hier avec James A. Mazzarella s’inscrivait dans cette dynamique. Elle a regroupé les confrères qui ont eu des échanges francs et sincères avec l’hôte et les responsables de MCA-Mali, notamment Mahamane Bania Touré et Abdourrahmane Zouber, Jon Anderson et Gautam Ramnah de la mission résidentielle du MCC au Mali.

Le Directeur général par intérim de MCA-Mali, Mahamane Bania Touré, a profité de l’occasion pour faire le point de l’état d’évolution de la mise en oeuvre du programme. Il a ainsi donné l’assurance que tout est fin prêt pour le démarrage effectif des travaux des trois grands projets d’infrastructures retenus.

Le recrutement du personnel pour la mise en oeuvre de cet important programme rattaché à la présidence de la République est très avancé. Les neuf directeurs de division sont déjà recrutés après un appel à candidature et huit ont déjà pris fonction.

Le dernier devra le faire sous peu. Toujours, selon le Directeur général par intérim, les documents essentiels sont presque achevés, notamment le plan de responsabilisation financière et le plan de suivi évaluation. Les premiers décaissements du programme se feront logiquement avant la fin de l’année. « C’est un départ en trombe et nous allons très vite réaliser les infrastructures prévues  » a promis le Directeur général.

Il faut rappeler que trois grands projets sont retenus dans le cadre du programme MCA-Mali. Il s’agit d’abord du projet d’irrigation d’Alatona en zone Office du Niger pour un coût de 122,3 milliards de FCFA. Il devra accroître la productivité rizicole et la commercialisation à travers la réalisation de 16 000 hectares de périmètres aménagés, améliorer les revenus de 40 000 paysans et la réalisation de 83 km de route bitumée.

« Pour le projet d’Alatona, les choses avancent bien. Ce qui reste est le plan de compensation et de recasement des 33 villages, soit 800 familles qui seront déplacées. Nous n’allons rien imposer à ceux qui seront déguerpis, nous allons établir le dialogue pour que les gens se sentent moins sevrés par ce recasement. Leur point de vue sera pris en compte dans la réalisation des logements et autres infrastructures sur place  » a-t-il expliqué.

Les deux autres projets sont le projet d’amélioration de l’aéroport de Sénou pour 46,7 milliards de FCFA et le projet d’aménagement d’un parc industriel situé dans la zone aéroportuaire de Sénou pour 48,4 milliards de F CFA. Le projet comprendra également un appui de gestion de programme, de surveillance, de contrôle et d’évaluation pour un montant de 21,7 milliards de FCFA.

D’après M. Touré, le projet d’aménagement de l’aéroport de Bamako est plus complexe et exige beaucoup d’études. Ce qui lui fera dire que son démarrage connaîtra un peu de décalage par rapport aux autres.

Ces réalisations devront se traduire par une nette amélioration des conditions de vie des Maliens à travers la création de 7. 000 nouveaux emplois au parc industriel, 18 000 nouveaux emplois dans le domaine du tourisme et 60 000 nouveaux emplois liés au développement du commerce.

Youssouf CAMARA

13 novembre 2007.