Partager

Le ministre de l’Administration territoriale et des collectivités locales, le général Kafou-gouna Koné a annoncé la date des élections communales pour le 26 avril 2009. Il a toutefois pris le soin de dire que c’est un projet de chronogramme qui sera soumis au gouvernement avant son adoption. Auparavant, a-t-il précisé, il fallait en discuter avec la classe politique.

C’était lors de la rencontre du cadre de concertation MATCL-Partis politiques, tenue, hier, dans la salle de réunion du ministère de l’Administration territoriale et des collectivités locales.

Etaient inscrits à l’ordre du jour, la mise en oeuvre du RAVEC, les élections communales de 2009 et le financement public des partis politiques. Conformément à leur projet de chronogramme, a dit le ministre, la mise en place des différents bureaux municipaux devraient avoir lieu en fin mai pour que les conseillers puissent commencer à travailler au début du mois de juin.

La date du 26 avril a été immédiatement rejetée par les hommes politiques qui ont pris la parole. Le président du Paréna, Tiéblé Dramé a fait savoir que la date du 26 avril était irréaliste parce que le fichier électoral n’est pas fiable.

Selon les informations qui lui sont parvenues, a-t-il dit, des cahiers de recensement sont achetés et vendus par des agents de l’administration. Il a rappelé le retard dans l’installation des démembrements de la CENI, ce qui est la preuve de la mauvaise supervision de la révision des listes électorales.

Des agents de l’administration territoriale et des collectivités locales, a-t-il souligné, agissent délibérément pour grossir le nombre des électeurs. Il s’est posé la question de la provenance de ces 1.130.000 nouveaux électeurs inscrits.

Il a appelé le gouvernement, dès demain, à voir les correctifs à apporter au fichier. Il a proposé une révision exceptionnelle des listes électorales pour y enlever tout ce qui est défectueux. Pour organiser de bonnes élections, a-t-il indiqué, il faut reporter la date des communales de 6 mois.

Abdoulaye Macko, président du RAMAT, a confirmé que la date du 26 avril était sûrement maintenue pour se conformer à la date annoncée par le président de la République, mais qu’elle n’était pas indiquée pour les prochaines municipales.

Il a demandé son report à la fin du mois de mai. Amadou Soulalé, président du FAMA, a fait savoir que la concomitance du RAVEC et de la campagne électorale des communales fait qu’il est impossible de tenir les municipales dans ce délai, car cela occasionnera des flottements et de la diversion.

Concernant le RAVEC, les partis ont tenu à connaître ses applications sur les documents administratifs et sur la carte d’électeur. Bocari Tréta, secrétaire général du RPM a demandé s’il était possible d’accéder au traitement des données du RAVEC.

Le colonel Siaka sangaré, Délégué général aux élections a répondu que cela n’était pas possible. Mamadou Seydou Traoré, secrétaire général du MATCL et Moriba Sinayoko, directeur national adjoint du MATCL ont fait état du calendrier du RAVEC, de sa mise en oeuvre et de ses normes de travail. Il est prévu du 15 janvier à la fin du mois d’octobre 2009.

Si certains ont souhaité que le RAVEC puisse servir pour les communales, d’autres ont estimé qu’il fallait s’y atteler dans la durée, voire jusqu’en 2010 pour qu’il soit fiable. Le montant du financement public des partis politiques, qui s’élève à 1. 201.530.822 Fcfa a été annoncé par le colonel Siaka Sangaré. 62 partis, a-t-il dit, ont déposé leurs dossiers.

La section des comptes de la cour suprême, enverra à la DGE, a-t-il soutenu, dès aujourd’hui, au plus tard le 31 décembre 2008, la liste des partis politiques éligibles. Le président du MORENA, Lansana Doumbia, s’est plaint de la distribution de l’aide exceptionnelle, qui, selon lui, constitue un abus. Le MORENA a même préconisé sa suppression.


Baba Dembélé

30 Décembre 2008