Partager

En déplacement à Khartoum pour affronter les Faucons du Soudan dans le cadre de la première journée du dernier tour des éliminatoires combinées CAN/Coupe du monde 2010, les Aigles du Mali n’ont pu mieux faire que d’obtenir un nul (1-1). Ce nul permet tout de même d’espérer pour la suite de ces échéances.

Au Stade d’Omdur-man, le 28 mars dernier, les Aigles du Mali étaient déterminés à ramener un résultat positif du Soudan. Et à défaut d’une victoire, ils se sont contentés d’un nul (1-1). Lors de cette confrontation Soudan-Mali, les nôtres pouvaient en effet mieux faire.

Malgré un début de match difficile, ce sont eux qui ouvriront le score à la 20è minute par l’intermédiaire de Frédéric Oumar Kanouté sur une passe lumineuse du jeune El Hadj Mahamane. Malheureusement, une mauvaise relance de la défense malienne permettra aux Soudanais de revenir à la marque à la 24è minute par Mudathir El Tahir. La mi-temps interviendra donc sur ce score d’un but partout.

A la reprise, les Aigles se créent les premières occasions de but. Malgré la rentrée de Modibo Maïga, à la place de Moustapha Yattabaré, les Aigles auront du mal à concrétiser leur légère domination. Visiblement épuisés dans les quinze dernières minutes, ils subiront la pression de l’attaque soudanaise. Et, n’eût été la maladresse d’un attaquant soudanais, les Faucons auraient même pu inscrire leur deuxième but dans les arrêts de jeu. Coup de chance donc pour le Mali qui empoche un précieux point.


Dans la poule du Mali,
l’on a suivi dimanche 29 mars 2009 à Accra, la confrontation Ghana-Bénin. Les Ghanéens ont fait la différence dès la première minute grâce à Sulley Muntari, l’attaquant de Mayence (Allemagne) qui reprenait le ballon au vol, en extension et du bout du pied, pour tromper Yoann Djidonou, le gardien béninois. Emmenés par un excellent Stéphane Sességnon, les Ecureuils du Bénin ont beaucoup tenté pour revenir mais sans réussite, les Black Stars se créant également de belles occasions.

Avec ce score d’un but à zéro, les Ghanéens ont assuré l’essentiel. Ils se déplaceront à Bamako pour affronter les Aigles du Mali le 7 juin pour le compte de la 2e journée, pendant ce temps, le Bénin recevra le Soudan à Cotonou.

Par ailleurs, il est à noter que cette première journée du 3e tour des éliminatoires combinées CAN/Mondial 2010, n’a pas du tout été profitable aux favoris, notamment aux deux finalistes de la CAN Ghana 2008. Le Cameroun, vice-champion d’Afrique en titre, a perdu contre le Togo à Accra (1-0) et l’Egypte, champion en titre, a été tenu en échec par la Zambie au Caire (1-1). C’est mal parti également pour le Maroc et la Guinée.

Bien qu’exilé à Accra au Ghana, le Stade de Kégué (Lomé) étant suspendu, le Togo a rappelé dans le groupe A que c’est bien lui, et non le Cameroun, qui était à la Coupe du monde 2006 en Allemagne. Samuel Eto’o est resté muet et Emmanuel Adébayor a marqué. L’attaquant d’Arsenal s’est même permis le luxe de manquer un penalty sans trop nuire à son équipe, puisque les Eperviers l’ont emporté 1-0 face à des Lions pas si indomptables que cela. Dans le même temps, le Maroc de Roger Lemerre s’inclinait (1-2) chez lui à Casablanca devant le Gabon d’Alain Giresse, un résultat encore plus inattendu qui met d’emblée les Lions de l’Atlas dans la difficulté.

Favoris désignés du groupe C, les Egyptiens ont pour leur part laissé échapper deux points précieux devant leur public contre la Zambie, adversaire qui leur avait déjà causé quelques tracas lors de la dernière CAN au Ghana.


Dans le groupe B,
la Tunisie a été l’une des rares équipes à ne pas décevoir en allant s’imposer 2-1 au Kenya, résultat d’autant plus intéressant que les Nigérians ne sont pas imposés au Mozambique. Les Mambas auraient même pu l’emporter face aux Super Eagles sans que l’on crie au scandale.

Dans le groupe E, le Burkina n’a pas tremblé devant les Guinéens et la Côte d’Ivoire n’a fait qu’une bouchée du Malawi qui était déjà mené 3-0 après moins d’une demi-heure de jeu. La fête ivoirienne a malheureusement été gâchée par la tragédie du Stade Houphouët-Boigny (19 morts, 132 blessés).

De nombreux spectateurs forçaient un passage pour entrer au stade, provoquant une bousculade et l’effondrement d’un pan de mur. Rénové récemment, le stade Houphouët-Boigny, d’une capacité de 35.000 places, était bondé pour ce match à l’issue duquel la Côte d’Ivoire s’est imposée par cinq buts à zéro.


Bruno Loma

31 mARS 2009