Partager

En effet, la rencontre avait été interrompue suite à des jets de projectiles par les supporters des Rouges de Bamako. C’était à la 75è minute du jeu. Et dans la cacophonie qui s’en est suivie, arbitres, journalistes et joueurs du COB étaient pris à partie.

Ce comportement, qui n’honore pas le championnat national malien, vient d’être sanctionné comme il se doit par la Commission centrale de discipline et de fair-play (CCDFP). Le Djoliba AC écope d’une amende de 500 000 francs Cfa. Plusieurs responsables et les 17 joueurs de Hérémakono ont eu chacun un avertissement.

Que retenir donc de ces sanctions ? Elles sont dissuasives et il faudrait les multiplier pour les récalcitrants. Cela aura pour effet de contraindre toutes nos équipes à opter pour le fair-play dans nos stades et sur nos terrains.

Cette attitude des supporters du Djoliba cache mal un malaise, pour ne pas dire une crise qui couve au sein du club. Son président, Karounga Kéïta dit Kéké, serait aujourd’hui au centre d’une polémique. Certains supporters demandent qu’il rende tout simplement le tablier.

L’on se demande alors comment le Djoliba pourra entamer, le week-end prochain ici à Bamako, la campagne continentale. Il accueillera le Satellite de la Guinée en match comptant pour la coupe de la Confédération Africaine de Football (CAF). Selon certaines sources, l’équipe n’a pas connu une bonne préparation. L’improvisation a fait place au réalisme. Ce qui n’est pas de nature à ouvrir la voie de la victoire pour l’équipe de Hérémakono.

En tout cas, une victoire ici à Bamako, permettra aux Rouges de se réconcilier avec leurs supporters.

Bruno Loma

18 mars 2008