Partager

Avant-hier soir, nos Aigles affrontaient en match amical international, au Stade Chaléty de Paris, leurs homologues les Bleus A’ de la France. Au terme des 90 minutes réglementaires, nos représentants se sont inclinés sur le score de deux buts à trois.

Cette rencontre s’inscrivait dans le cadre de la préparation des Aigles pour les éliminatoires combinées CAN/Coupe du monde 2010. Mory Goïta et Mad Coulou qui accompagnaient les Aigles en l’absence du sélectionneur national, Jean-François Jodar limogé, avaient pour mission principale de redynamiser la troupe malienne meurtrie par la dernière Coupe d’Afrique des Nations, CAN Ghana 2008.

Côté français, il s’agit de se préparer pour entamer l’Euro 2008. C’est dans cette même dynamique que s’inscrivait la rencontre France A et Angleterre d’hier. Par rapport au match Mali-France A’, selon certains analystes, au regard des forces en présence, cette rencontre amicale internationale se présentait comme un combat entre «David et Goliath». Mais, sur le terrain, la réalité a été tout autre. Chaque équipe a eu droit à sa mi-temps.

La première partie a été au profit de l’équipe française. Dès l’entame du jeu, celle-ci accule les Aigles, obligés alors de se retrancher dans leur base arrière. Pour quelques secondes seulement, puisque déjà à la deuxième minute, Sami Nasri, le virevoltant attaquant de l’équipe de Marseille, ouvrait la marque, suite à une mauvaise remise de Fousséiny Diawara.

Cueillis à froid par ce «but matinal», les Aigles multiplient les erreurs défensives. A la 4è minute, un tir de l’attaquant français a failli tromper le portier malien. A la 7è minute, la perte de balle de Sammy Traoré au sein de la défense malienne, aurait pu coûter cher au Mali. C’est à partir du premier quart d’heure de jeu que les Maliens ont entrepris de timides réactions.

Aux 15è, 17è 19è et 28è minutes, Dramane Traoré échoue sur le portier français Mandanda. Mais, sur une belle contre-attaque, le portier malien Soumaïla Diakité, commet une faute. L’arbitre central accorde un penalty aux Français. Penalty transformé à la 34è minute par Jérôme Rothen. Sinama-Pongolle enfonce le clou à la 37è minute. Trois buts à zéro, c’est sur ce score que les deux équipes ont été renvoyées aux vestiaires.

A la reprise, les Aigles tentent de mener quelques incursions dans le camp français. Fort logiquement donc, le capitaine Mahamadou Diarra Djilla parvint à réduire le score à la 63è minute. Les Maliens sortent le grand jeu avec un fond appréciable. Modibo Maïga qui venait de faire son entrée inscrit alors le deuxième but malien à la 74è minute. Le jeu gagne en intensité. Les Aigles multiplient les incursions, mais ne parviendront pas à obtenir le but de l’égalisation.

Que retenir de cette rencontre amicale ? Les Aigles ont réussi à donner, en fin de partie, des frayeurs aux Français. Mais, selon des observateurs, ils auraient pu mieux faire. Il y a encore dans notre équipe certains automatismes à régler. On a pu constater qu’il y a beaucoup de «déchets» tant sur la ligne offensive, dans l’entrejeu que sur la ligne défensive. Peut-être les absences de Kanouté, Momo Sissoko et de Seydou Blen ont été pour quelque chose.

Malgré tout, les coachs locaux Mory Goïta et Mad Coulou ont failli réussir un bon coup. L’autre grand absent qu’on attendait d’ailleurs qu’il fasse son baptême de feu avec les Aigles, aura été le Nigérian Stephen Keshi, le nouvel entraîneur. Celui-ci a dû suivre le match depuis Lagos. Nous espérons qu’il a pu déceler les lacunes au sein des Aigles et qu’il pourra les corriger très rapidement avant le démarrage, dans un peu plus de deux mois des éliminatoires CAN/Coupe du monde 2010.

De sources concordantes, il est attendu dans les prochains jours ici à Bamako pour prendre les rênes des Aigles du Mali. Ceci, dans l’espoir qu’il apporte son expertise afin qu’une nouvelle page de l’histoire de notre football soit écrite.


Bruno Loma

27 mars 2008.