Partager

En pleine reconstruction après leur élimination précoce au premier tour de la Can Ghana 2008, et avec Mory Goita et Madou Coulou pour assurer l’intérim suite à l’éviction de Jean-François Jodar, les Aigles ont su redresser la tête pour sauver la face en seconde période mardi dernier au stade de Charléty contre les espoirs français. Le capitaine Mahamadou Diarra « Djilla » et Modibo Maïga se chargeaient de sonner le vent de la révolte aux 63e et 74e. Sans en avoir démérité, les Aigles ont réussi une bonne rentrée.

Les Aigles ont repris du service depuis mardi dernier au stade de Charléty (Paris). La colonie malienne avait pris d’assaut le stade et les téléspectateurs ont eu un aperçu de l’effectif du duo Mory Goita, Mamadou Coloubaly. Un effectif qui défendra à coup sûr nos couleurs aux prochains éliminatoires combinés Can et Mondial 2010.
En attendant l’arrivée du nouvel entraîneur pour le renforcer, le groupe de mardi reposait pour l’essentiel sur les rescapés de la Can Ghana 2008, des revenants mais aussi des néophytes.

L’entraîneur Mory Goita qui a dirigé la rencontre peut en être satisfait de l’effectif qui regroupe des jeunes, et des moins jeunes. Pour le nouvel entraîneur, la saison sera longue, très longue, et dès ce mois de juin qui sera couronné de trois des six rencontres des éliminatoires combinés Can-Mondial 2010. Même si par bonheur notre parcours dans ces éliminatoires combinés se concrétisait. Au stade de Charléty, ce fut une rentrée bien réussie, même si du côté de l’immeuble gris de l’ACI 2000 (siège de Malifoot) on chôme encore.

En effet depuis le retour des Aigles de la Can et après le limogeage de Jodar et bien d’autres sujets qui alimentent notre sport roi, le président de Malifoot et son équipe restent invisibles. Point de conférence de presse pour faire le point de la situation. Pire, le président Salif Kéita semble même déserté le stade. Sa démission était annoncée dans les coulisses. Il était attendu en France en marge du match amical France A’-Aigles du Mali pour le dîner offert par son homologue français, mais Salif est resté au pays. C’était un moment pour lui d’analyser les résultats de la saison écoulée, parler de l’avenir de notre football, du travail du nouvel entraîneur et du futur D.T.N.

L’actualité très controversée de ces dernières semaines qui concerne la vie de notre sport roi, mérite qu’on lui consacre quelques réflexions. Le match amical France A’-Aigles du Mali (3-2) fut une rentrée pleine de promesses, d’espoir et d’espérance.

Boubacar Diakité Sarr

27 mars 2008.