Partager

Une super cagnotte de près de 164 milliards de F CFA pour l’Etat malien

Le Mali vient de réaliser son affaire du siècle avec la cession des 51% du capital de la Sotelma à Maroc télécom. Celle-ci rapportera, en effet, la somme faramineuse de 250 millions d’euros, soit quelque 164 milliards de F CFA. La firme marocaine a eu la préférence sur Sudatel (Soudan) Portugal télécom et Orascom (Egypte) avec lesquelles elle était en compétition et dont les offres financières ont été largement inférieures, se situant entre 80 et 130 millions d’Euros. Le choix était donc vite fait pour la commission de dépouillement.

Cette acquisition fait du Maroc un partenaire financier de premier plan du Mali, après l’entrée de la Banque marocaine du commerce extérieur (BMCE-Finance) dans le capital de la Banque de développement du Mali (BDM-SA) et celle récente du groupe Attijariwaffa Bank dans celui de la Banque internationale pour le Mali (BIM-SA) à hauteur de 51 %. Une opération qui a rapporté au Trésor public malien près de 40 milliards de F CFA. Leader du marché marocain, Maroc télécom, dont le capital est contrôlé à 53% par Vivendi , possède des filiales en Mauritanie, au Burkina Faso et au Gabon.

Le processus de privatisation de la Sotelma, enclenché depuis plusieurs années a, enfin, connu son épilogue hier. L’adjudicataire provisoire est désormais connu. Il s’agit bien de Maroc télécom. Lequel est décidé à prouver son leadership dans le secteur des télécoms en Afrique.

Au Maroc, la société est le leader national. Elle a profondément façonné le paysage des télécommunications marocaines et son histoire est indissociable de celle de la modernisation des infrastructures du Royaume. Son organisation s’articule autour de 4 Directions Générales et 8 Directions Régionales. Soucieuse d’anticiper toutes les attentes de sa clientèle, Maroc Télécom offre une large gamme de produits et services aussi bien à ses clients résidentiels que professionnels.


Leader du Mobile avec 66, 41% de part du marché marocai
n

Avec 14, 2 millions à fin juin 2008, le parc mobile s’est accru de 21, 3% par rapport à juin 2007, soit un accroissement net de près de 0,9 million depuis le début de l’année. Sous l’effet de la forte expansion du parc, le chiffre d’affaires brut de l’activité Mobile au Maroc a enregistré, durant le 1er semestre 2008, une hausse de 12, 9% avec 8 923 millions de dirhams.


Leader du Fixe avec 1, 329 million de lignes

Avec 1, 329 million de lignes, le nombre de clients Fixe Maroc Télécom est en légère hausse de 0, 3% par rapport à juin 2007. Les offres d’abondance proposées aux clients particuliers, grâce aux formules illimitées de Phony et aux entreprises, grâce à InfiniFix, connaissent davantage de succès avec le lancement de Phony International et dynamisent le segment de la téléphonie Fixe.


Internet, plus de 98% de part de marché de l’ADSL

Le parc ADSL compte 482 000 lignes à fin 2008, en hausse de 10 % par rapport à juin 2007 et représente plus de 98% des accès Internet. Depuis le lancement des services Internet Mobile 3G+, 14 000 abonnés se sont ajoutés.

Par ailleurs, Entreprise de proximité, Maroc Télécom est présent sur tout le territoire du Royaume grâce à son implantation géographique et ses nombreux accords de distribution en partenariat. Cette présence est renforcée par son portail Internet « Menara« , le plus visité du Royaume. Pour ce qui est de sa politique commerciale, elle est centrée sur le client.

Les particuliers, les professionnels et les entreprises trouvent dans la gamme des produits et services de Maroc Télécom des solutions sur mesure qui répondent à leurs attentes, facilitent leurs besoins de communication et augmentent la performance de leurs activités.

Filiales et participations :

En s’appuyant sur sa position de leader des télécommunications au Maroc et sa forte capacité d’anticipation, le groupe Maroc Télécom étend son savoir-faire et son expertise à l’international.

Il s’est engagé dans des partenariats stratégiques de long terme en vue de développer le secteur des télécommunications en Afrique. Fort de son expérience réussie depuis 2001 avec Mauritel, l’opérateur historique de Mauritanie, Maroc Télécom a pris, en décembre 2006, des participations majoritaires dans ONATEL, l’opérateur historique du Burkina Faso et, en février 2007, dans Gabon Télécom, l’opérateur historique du Gabon. Un objectif pour l’ensemble de ces filiales : être un opérateur de référence dans leur région et contribuer à y développer les Nouvelles Technologies de l’Information et de la Communication.

En Europe, Maroc Télécom a lancé Mobisud, en France en 2006 et en Belgique en 2007. Mobisud est un opérateur virtuel mobile (MVNO) qui facilite les échanges de communications communautaires Nord-Sud.


Maroc Télécom et Vivendi : un partenariat stratégique

Pour donner les moyens à Maroc Télécom d’affronter la libéralisation et la concurrence mondiale, l’Etat marocain a décidé d’ouvrir le capital de l’entreprise. Le 20 Février 2001, Vivendi a acquis 35% du capital. Maroc Télécom s’est ainsi allié à un partenaire stratégique ayant une grande expertise dans le secteur des télécommunications.

Le 18 novembre 2004, le Royaume du Maroc et Vivendi ont conclu un accord portant sur la vente de 16% du capital de Maroc Télécom. Cet accord a permis à Vivendi de porter sa participation de 35% à 51% et de pérenniser sa prise de contrôle.

En décembre 2007, au terme d’un échange d’actions avec la Caisse de Dépôt et de Gestion du Maroc, Vivendi a acquis 2% supplémentaires, portant ainsi sa participation à 53%. Permettre à Maroc Télécom d’affronter la concurrence dans les meilleures conditions et faciliter l’introduction de son capital sur les marchés internationaux, tels sont les objectifs communs des principaux actionnaires de Maroc Télécom, l’Etat marocain et Vivendi.

Les points d’application prioritaires de coopération sont variés et touchent aussi bien l’introduction de nouvelles technologies, le marketing, les systèmes d’information ou encore la formation.

Dans le domaine financier, Maroc Télécom a adopté de nouvelles méthodes de gestion conformes aux standards internationaux. Vivendi apporte son soutien à Maroc Télécom dans son développement international, le premier exemple concret étant celui de la Mauritanie. La poursuite du partenariat, déjà si riche de succès, qui unit le Royaume du Maroc et Vivendi, ouvre à Maroc Télécom et à ses équipes de nouvelles perspectives de développement.


Ressources humaines

La croissance de Maroc Télécom et ses performances reposent essentiellement sur l’expertise, le savoir-faire et l’engagement de ses collaborateurs. Pour poursuivre son développement et nourrir ses ambitions, Maroc Télécom a choisi de promouvoir une politique de ressources humaines fondée sur la reconnaissance de la performance et le développement des compétences. Pour y parvenir, Maroc Télécom a mis en place des programmes qui favorisent l’enrichissement professionnel.


Évaluation de la performance…

L’entretien annuel de progrès, instrument de dialogue entre le manager et son collaborateur, permet d’évaluer les réalisations de l’année passée, de fixer les objectifs individuels pour que chacun comprenne sa contribution aux résultats de l’entreprise. L’entretien annuel est également un moment privilégié d’échange sur les aspirations du collaborateur, ses souhaits d’évolution et les moyens à mettre en œuvre pour les accompagner.

Développement des compétences…

La gestion des compétences des collaborateurs de Maroc Télécom est un axe fort de sa politique des Ressources Humaines. Elle vise l’adaptation professionnelle des collaborateurs à leur emploi, mais aussi leur développement au travers de parcours professionnels adaptés à leur évolution et à celle de l’entreprise.

Pour accroître le professionnalisme de ses collaborateurs et accompagner leurs projets d’évolution, Maroc Télécom met en œuvre d’importants programmes de formation. Chaque année, la Direction des Ressources Humaines élabore un nouveau plan de formation en fonction des objectifs de l’entreprise et des souhaits des collaborateurs et investit plus de 35 000 journées-formation par an pour le développement de leurs compétences.


Rémunération…

La rémunération est un élément clé de la politique Ressources Humaines de Maroc Télécom. Au delà des perspectives de développement offertes à ses collaborateurs, l’entreprise s’assure en permanence, de l’attractivité de ses rémunérations par rapport au marché de l’emploi et de l’équité interne. Cette politique de rémunération repose sur des règles qui prennent principalement en compte, le niveau de maîtrise de l’emploi et la contribution de chacun dans l’atteinte des objectifs de l’entreprise. Politique sociale…

Maroc Télécom a développé une politique sociale pour contribuer au bien-être de ses collaborateurs et de leurs familles qui s’est traduite par des avancées significatives en la matière, notamment en leur offrant la possibilité de souscrire une couverture médicale complémentaire assurant le remboursement de 100% des frais médicaux, bénéficier des soins dispensés dans des centres médico-sociaux animés par 18 médecins conventionnés dont 3 spécialistes, bénéficier d’un prêt pour l’achat ou la construction d’un logement grâce à des conventions conclues avec des banques, adhérer à un régime de retraite complémentaire, bénéficier des opportunités d’estivage dans les centres de vacances de Maroc Télécom ou dans des hôtels conventionnés avec des promoteurs touristiques à des tarifs préférentiels garantissant un bon rapport qualité/prix.

Convention collective

Un accord, conclu en janvier 2004 avec les partenaires sociaux, prévoyait de faire évoluer le règlement intérieur introduit en octobre 2003, vers une Convention collective. Les négociations entamées en février 2004 ont permis de parvenir à un accord avec deux syndicats les plus représentatifs et à la signature le 16 novembre 2004 de la première Convention Collective du secteur des Télécoms au Maroc.


Formation

La formation est considérée comme un investissement essentiel pour l’avenir de Maroc Télécom. Elle s’inscrit dans une démarche globale de développement et d’adaptation des ressources humaines aux besoins de l’entreprise. Ceci s’est traduit par la réalisation de 44 469 journées de formation au profit de 16 959 participants, soit en moyenne plus de 4 jours de formation par collaborateur (au 31 décembre 2005).

Certification ISO 9001

Maroc Télécom a été certifié ISO 9001 version 2000 en décembre 2004 pour l’ensemble de ses activités dans le cadre d’une démarche qualité totale. Cette certification, décernée par Det Norske Veritas (DNV), organisme de renommée internationale, garantit la qualité des services fournis par l’opérateur de télécommunications et apporte la preuve de son engagement à toujours mieux satisfaire ses clients et l’ensemble de ses partenaires. Ce certificat a été renouvelé en décembre 2007.

Le périmètre de la certification recouvre la totalité des activités de Maroc Télécom : du marketing au service après-vente, en passant par les ventes, l’installation et la mise en service, la facturation et le recouvrement et ce, pour l’ensemble des produits et services offerts par l’entreprise. Sont également couvertes par cette certification les activités support de l’entreprise : la planification, l’équipement, l’exploitation et la maintenance des réseaux, les achats, le management des Ressources Humaines, la communication, et les systèmes d’information.

La démarche qualité totale concerne également les actionnaires de l’entreprise, son environnement sociétal de même que ses collaborateurs dont il s’agit de développer les compétences et de fidéliser les talents.

Maroc Télécom ne considère pas l’obtention de ce certificat comme une fin en soi. La démarche Qualité Totale est au cœur de ses préoccupations, pour améliorer, chaque jour, la satisfaction de ses clients.

Certification SOX

La loi Sarbanes Oxley (SOX) a été votée et publiée aux USA en juillet 2002. Elle est centrée sur le contrôle des informations financières et a pour principal objectif de rétablir la confiance des marchés et des investisseurs dans le reporting financier (suite aux scandales financiers : affaire Enron, Worldcom, etc.).

Cette loi, qui s’applique aux sociétés cotées aux Etats-Unis et à leurs filiales, a introduit de nouvelles responsabilités pour les sociétés. Ces dernières doivent désormais s’assurer que leur niveau de contrôle interne leur permet de publier leurs états financiers dans des conditions de fiabilité satisfaisantes pour leurs actionnaires.

La loi SOX impose ainsi aux sociétés de procéder avant fin 2006, puis régulièrement, à une évaluation de leur niveau de contrôle interne. Cette évaluation est également revue par les Commissaires aux comptes qui émettent une attestation à ce sujet.

En 2005, Maroc Télécom était dans l’obligation de se conformer à la loi Sarbanes-Oxley en matière de production d’information financière, son actionnaire de référence Vivendi, étant cotée au New York Stock Exchange.

Grâce aux travaux réalisés en quelques mois, en particulier d’identification des risques et de finalisation des contrôles clés, Maroc Télécom a atteint dès le mois de novembre 2006, le niveau de maturité nécessaire à l’obtention de la certification.

Bien que Vivendi ne soit plus soumise depuis fin 2006 à la loi Sarbanes-Oxley (SOX), le management de Maroc Télécom a décidé que les principales dispositions définies dans le cadre du projet SOX resteraient applicables, compte tenu de leur apport en termes de maîtrise et d’amélioration des processus.


Abdoul Karim KONE

16 Janvier 2009