Partager

Le secrétaire général de l’Adéma/PASJ et dernièrement candidat aux primaires de la Ruche pour la présidentielle de 2012 que nous avons rencontré à Bamako-coura est formel : « Jusqu’à ce que la conférence nationale ne confirme le choix du C.E le samedi 30 juillet prochain, l’Adéma n’a toujours pas de candidat pour la présidentielle de l’année prochaine. Mais après la décision souveraine de cette instance du parti, les cas d’indiscipline qui seront constatés par rapport au soutien au candidat désigné, seront purement et simplement sanctionnés ».

Pour le secrétaire général du Parti africain pour la solidarité et la justice de l’Alliance pour la démocratie au Mali (Adéma/PASJ), Marimantia Diarra que nous avons rencontré au siège du parti à Bamako-coura, les choses sont à présent claires : « C’est la commission des sages qui a proposé selon une méthodologie et des critères la candidature du camarade Dioncounda Traoré pour porter les couleurs du parti à la présidentielle de 2012. Ce choix a été entériné par le Comité exécutif du parti le lendemain sans anicroche. Mais, ce choix reste à confirmer par la conférence nationale du parti qui se tiendra ce samedi 30 juillet 2011 dans la salle Babemba. Il peut être confirmé ou rejeté par cette instance. Ce qui veut dire que jusqu’au samedi 30 juillet 2011, rien n’est encore définitif et tout militant peut encore devenir le candidat du parti. Donc jusqu’au 30 juillet 2011, l’Adéma n’a toujours pas son candidat.

Celui qui est cité n’est qu’une proposition que la conférence peut entériner ou rejeter au profit d’un autre militant. Par conséquent, à partir de cette date, la personne que la conférence nationale aura désignée, sera le candidat du parti et c’est en ce moment que toute personne qui ne se soumettra pas à ce choix souverain s’exposera à des sanctions ». Selon Marimantia Diarra, avant cette date du samedi, tous les problèmes inhérents au soutien de tel ou tel candidat militant ou non du parti, ne seront pas pris en compte.

A ce titre, il a indiqué que les sanctions infligées par une frange de la jeunesse de la Commune III à certains de leurs camarades notamment le secrétaire général, Dr. Faran Sinaba et son secrétaire adjoint aux finances, Mody Sidibé pour leur prétendu soutien à la candidature de Modibo Sidibé, sont considérées comme nulles et non avenues.

On se rappelle que ces suspensions, qui datent du 7 juillet dernier, sont l’œuvre du secrétaire général adjoint, Lassana Diakité et son clan, lesquels ont provoqué une réunion extraordinaire le 7 juillet 2011 pour prendre ces mesures. Ils accusent le secrétaire général, Dr. Faran Sinaba et le secrétaire adjoint aux finances, Mody Sidibé, d’être des pro-Modibo Sidibé et d’aller par ce fait, à contre courant de la position du parti stipulant que l’ex-premier ministre n’est pas militant Adéma et ne saurait être son candidat.

Pour Marimantia, il n’y avait pas lieu de sanctionner des gens pour de telles pratiques d’autant plus que le parti n’avait pas encore son candidat. Mais, dit-il, c’est à partir du samedi que de tels comportements pourront être sanctionnés. Ces mises en garde du secrétaire général de l’Adéma semblent aussi s’adresser au 7e vice-président du parti en l’occurrence Zoumana Mory Coulibaly lequel ne cache plus son soutien à l’ancien premier ministre Modibo Sidibé. En effet, malgré des remontrances à lui faites par le comité exécutif, ce dernier ne cache plus son jeu.

Sur le terrain, M Coulibaly soutient toutes les initiatives en faveur de Modibo Sidibé dont les partisans seraient très nombreux au sein du comité exécutif du parti de l’Abeille. Le 7e vice-président a même présidé la cérémonie d’inauguration du siège social de l’Association Faso-den-nyuman (AFDN), une association de soutien à la candidature de l’ancien Premier ministre Modibo Sidibé à la présidentielle de 2012 le 25 mai dernier à l’ACI 2000.

On raconte qu’il est même le principal financier des activités de mise en place des 31 cellules de soutien dans chaque quartier de Bamako. Des agissements qui constituent sans nul doute une défiance vis-à-vis de ses camarades de l’Adéma/PASJ qui ont critiqué ce comportement lors d’une réunion du comité exécutif en début d’année.

Comme quoi, des doutes planent toujours sur l’unanimité autour du choix de Dioncounda Traoré comme porte-étendard des Abeilles à la présidentielle de l’année prochaine.

Abdoulaye Diakité

L’Indicateur du Renouveau du 28 JUILLET 2011.