Partager


Mariétou Diarra, la nouvelle perle du Dakar Université Club (Duc) du Sénégal régale les spectateurs sénégalais à chacune de ses prestations.

A 19 ans (1 m 78 pour 67 kg), elle épate plus d’un, grâce à ses remarquables qualités de meneuse arrière. Lesquelles lui permettent d’être aujourd’hui avec seulement une saison passée au pays de la Teranga l’une des meilleures du championnat de basket féminin du Sénégal.

Dame Diouf, l’entraîneur du Duc féminin ne tarit pas d’éloges à son égard : « Mariétou est une superbe joueuse. Depuis ses débuts à Duc, j’ai flairé son sens de l’entre jeu », indique-t-il avant d’ajouter. « C’est une fille pleine de promesse. En tout cas, si elle continue sur cette lancée, elle fera une grande carrière de basketteuse ».

Partie du centre de formation du Stade malien de Bamako, elle rejoint l’équipe des Noirs et Blancs par l’entremise du célèbre et talentueux joueur de hand-ball, bien coté dans le domaine de la formation à la base, Mamadou Traoré alias « Moyomaya ».

Elle est intégrée rapidement par Cheick Oumar Sissoko « Yankee » en équipe des juniors, puis en première. Mais devant s’effacer au profit de certains cadres de l’équipe, elle est contrainte au rôle de remplaçante. Elle n’usera pas longtemps sa culotte sur le banc de touche des Scorpions.

« J’ai du patienter en attendant que mon jour arrive », commente-t-elle. Partie au cours de la saison 2003-2004 du Réal au Stade malien de Bamako, Mariétou à l’ambition d’aller plus loin. « Devant certaines situations, j’ai voulu changer d’air », explique-t-elle son choix et l’ancien président de la section basket du Stade malien de Bamako, Bachécou Doucouré, ne tarit pas d’éloge sur cette joueuse pétrie de talent. « C’est une superbe joueuse avec un mental d’acier », indique-t-il.

Et c’est sous les couleurs de son nouveau club que Mariétou Diarra dite « Touba » éclate. Titularisée d’emblée lors du choc Stade-Djoliba par Alassane Kanouté « Vieux Djan », la jeune transfuge du Réal gagne très vite en galons. Elle s’impose comme le fer de lance de l’arrière des Blanches de Bamako. Une belle performance qui fait d’elle la meilleure joueuse à son poste. Mais aussi une pièce maîtresse de la sélection nationale juniors et espoirs. Elle explique ses belles performances.

« Mon ardeur au travail, la soif de vaincre qui m’anime et mon désir ardent de faire une carrière professionnelle en Europe ou aux Etats-Unis » conclut-elle.

Mais bien avant la réalisation de ses rêves, Mariétou Diarra, selon nos confrères sénégalais, se révèle aux yeux du grand public dakarois comme future Duchesse au sein de la formation du Duc.

En préparation avec l’équipe championne d’Afrique en Europe, Mariétou, selon certaines indiscrétions, a conquit le cœur de l’entraîneur champion d’Afrique féminin, José Ruiz à l’ambition de jouer les prochains Jeux olympiques de Pékin 2008. « Je suis venue pour les JO de Pékin. Et c’est mon rêve », avoue la meneuse arrière, leader de la poule A, du national 1 de basket féminin du Sénégal et vainqueur de la Coupe arc-en-ciel 2008 du Sénégal.

Boubacar Diakité Sarr

03 Juillet 2008