Partager

Le Mozambique affiche un des taux les plus élevés au monde de mariages et de grossesses précoces, une des principales causes de la démographie galopante dans ce pays pauvre d’Afrique australe. Comme dans de nombreux pays en voie de développement, les femmes font des enfants très jeunes « par manque d’éducation » et « des parents voient dans leur progéniture l’assurance d’être pris en charge pendant leurs vieux jours », explique le démographe Carlos Arnaldo. « Les conséquences économiques pour le gouvernement, c’est qu’il doit construire des hôpitaux et des écoles. En dépit des dépenses de l’Etat, des gens n’y ont pas accès », concède Pascoa Wate, en charge de la santé maternelle et infantile au ministère de la Santé. « Le mariage précoce reste profondément ancré dans les valeurs culturelles qui font de la fertilité une priorité », regrettent les autorités mozambicaines, qui ont décidé de modifier la législation. Plus question de se marier, avec le consentement des parents, entre 16 et 18 ans. L’âge légal du mariage a été fixé à 18 ans.Pour ralentir la croissance démographique, Maputo, soutenu par le Fonds des Nations unies pour la population, a aussi lancé une campagne de promotion de la contraception. Seules un quart des Mozambicaines ont recours aux contraceptifs.AFP.