Partager


Les artistes plasticiens exposent leurs savoirs et savoir-faire à l’occasion du Marché national des arts plastiques.
Espace de dialogue entre artistes d’une part et, d’autre part, entre les artistes et le public, la 4e édition du Marché national des arts plastiques a ouvert ses portes le vendredi 20 juin au Musée national sous la co-présidence du ministre de l’Emploi et celui des Sports, représentants le Premier ministre.

Ce sont 37 artistes à travers 91 œuvres de peinture, de bogolan dont 8 sculptures qui exposent leur savoir-faire et font découvrir leurs talents dans 4 sites : Musée national, Musée de Bamako, Palais de la culture Amadou Hampaté Ba, et Galerie de l’Institut national des arts.

La biennale entend susciter et stimuler la créativité chez nos artistes, valoriser les artistes et artisans, dynamiser le secteur mais aussi promouvoir l’initiative privée.

L’objectif recherché, à travers l’organisation de cette manifestation, est de favoriser la contribution des artistes à l’expression culturelle créatrice, à l’enrichissement du patrimoine artistique, au renforcement des industries créatives, voire le renforcement de son rôle dans la constitution de l’économie nationale et surtout de contribuer à la lutte contre la pauvreté.

La semaine des arts, c’est aussi des séances de formations. C’est ainsi jusqu’au samedi 28 juin, des formateurs maliens et étrangers animeront des ateliers de création d’art contemporain et d’apprentissage aux techniques de peinture, de sculpture et de portrait de caricature.

Pour donner une meilleure visibilité à l’édition, le Premier ministre a fait faire parrainer par les ministères, institutions, opérateurs économiques, financiers « afin d’acquérir des œuvres au profit de leurs services ». Le but de cet exercice consiste non seulement à faire visiter les œuvres par les autorités, mais aussi à les inciter à en payer.

« Ils auront contribué à la lutte contre la pauvreté dans ce milieu », a dit le ministre des Sports, Hamane Niang, qui a mis l’accent sur les efforts inlassables que les autorités sont en train d’insuffler à l’industrie culturelle pour son développement conformément à la « Déclaration de l’Unesco sur la diversité culturelle ».

En réponse aux difficultés dont souffrent les artistes (manque d’espaces appropriés qui entravent leur élan de créativité, mévente des œuvres…), soulevés par le commissaire de la semaine, Ismaël Diabaté, le ministre des Sports a dit que « le défi à relever sera proportionnel aux engagements du gouvernement à traduire dans la réalité cette volonté de faire en sorte que vous viviez dignement de ce métier et de participer au développement de votre pays ».

Ce dont le secrétaire général de la Fédération des artistes du Mali, Modibo Konaté, s’est félicité.

Le marché des arts plastiques, c’est aussi des récompenses. Les artistes qui se feront distinguer à travers la pertinence de leurs œuvres seront récompensés au soir du samedi 28 juin.

Un jury procédera à la remise des prix aux lauréats, sélectionnés selon des critères définis. Ainsi un million de F CFA sera remis au premier prix. Le 2e se contentera de 750 000 F CFA.

Tandis que 500 000 F CFA seront octroyés au 3e. Les organisateurs ont aussi pensé à distribuer dix prix d’encouragement d’une valeur de 100 000 CFA chacun. Les meilleures créations seront retenues pour l’exposition de Kayes dans le cadre de la Biennale artistique et culturelle 2008.

Amadou Sidibé

23 Juin 2008