Partager

La tentative de la marche organisée par le Front pour la Sauvegarde de la Démocratie (FSD) et la Coalition des Forces Patriotiques (Cofop) a bien eu lieu ce samedi 08 Décembre avec un accrochage entre les forces de sécurité et les manifestants. Le Colonel Major Débéroua Soara gouverneur du district de Bamako avait interdit la marche sur certains itinéraires , comme stipulé dans l’Arrêté n°57/ GDB.CAB, portant réglementation de certaines zones et lieux sensibles, les partisans et alliés du FSD décidés plus que jamais ont fait fi de la décision et ont tenté de se rassembler sur les lieux indiquées à leurs différents sympathisants la veille sur les réseaux sociaux.

De l’autre part comme annoncé par les autorités, les représailles étaient au rendez-vous. C’est plus la commune I et le centre du marché de Bamako qui ont été les principaux lieux d’accrochages entre les forces de sécurité et les manifestants dispersés à coup de gaz lacrymogène et pourchassés à coup de matraque .Sur d’autres artères notamment le Rail Da et le quartier Dravela , les manifestants ont fait brûlé des pneus, pour riposter contre la brimade des forces de sécurité .

Au centre ville, la tension était palpable entre l’arsenal des forces de sécurité déployé et les marcheurs tout autant décidés à exécuter leur mot d’orde, celui de manifester pour dénoncer les crises sécuritaires, sociales, financières et politiques dans l’actuel contexte du pays. Une tension qui a contrait d’autres citoyens à se «terrer » chez eux par crainte du pire et d’autres témoins involontaires à prendre leur jambes à leurs cous afin d’échapper aux nuages de fumée et aux coups de matraque .

Des sources donnent certains manifestants de l’opposition blessés et retenus dans des structures sanitaires et d’autres mis à disposition de la police. Cependant, au moment de la mise en ligne de cet article, aucun bilan officiel n’a été communiqué.

AISSATA KEITA

Bamako, le 08 Décembre 2018

©AFRIBONE