Partager

De plus en plus les jeunes commencent à prendre conscience en prenant leur responsabilité car, depuis le 22 mars 2012, date du coup dEtat militaire, notre pays s’est donné rendez-vous avec l’histoire. Face aux tergiversations et volte-faces de la CEDEAO qui, sans doute, sont en train d’irriter les Maliens dans leur diviersité idéologique, des jeunes ont créé une Coordinationale nationale de soutien au CNRDRE et au gouvernement de transition et dont les démembrements régionaux s’appellent Collectif des jeunes. Le samedi 28 avril, celui de Ségou, dirigé par le Pr Bandiougou Danté, a organisé une gigantesque marche. De la place de l’Indépendance au Camp militaire Ahmadou Cheickou Tall, ils scandé des slogans très hostiles à la CEDEAO et à son président pour, disent-ils, la confusion dans laquelle elle plonge notre pays.

Les jeunes de Ségou ont bravé le soleil de plomb (plus de 40°C) de ce samedi 28 avril pour répondre à l’appel du Collectif créé en leur nom pour soutenir le CNRDRE et le gouvernement de transition. Ils étaient plusieurs centaines de jeunes portant des Tee-shirt de soutien aux militaires. Sur les bandéroles, on pouvait lire « Libérez vite les régions Nord de notre pays », « Non au diktat de la CEDEAO et de son président Alassane Dramane Ouattara » etc.

De la place de l’indépendance au camp Ahmadou Cheickou Tall où un dispositif d’accueil avait été installé. Il était composé du Commandant de zone de la région militaire de Ségou, le Colonel Tackini Intekane, du président du Comité régional de redressement de la démocratie et la restauration de l’Etat, le lieutenant Kéïta et de toutes les composantes des forces armées et de sécurité. C’était en présence du lieutenant de gendarmerie Issa Tangara, envoyé spécial du président du CNRDRE, le capitaine Amadou Haya Sanogo.

Dans la déclaration lue par Bandiougou Danté, président du collectif des jeunes de Ségou, les marcheurs ont rendu un vibrant hommage à tous les vaillants soldats tombés sur le champ de l’honneur depuis le 17 janvier 2012, début des agressions de notre pays par des bandits armées qui seront appuyés plus tard par des éléments d’AQMI et des combattants d’Ane Sardine. Selon les marcheurs, dans la vie de chaque nation, il y a des moments de prise de responsabilité. « Ce fut effectivement le cas du CNRDRE qui, face à l’humiliation subie par notre peuple, a pris son courage comme l’exige l’âme de soldat pour rédonner Espoir à tout un peuple » ont-ils déclaré.

S’adressant aux autorités militaires, les responsables des jeunes ont mis un accent l’accent sur les divergences dont ont fait les forces vives de la nation face à la crise politique née du coup d’Etat du 22 mars 2012 « Le contexte international nouveau et les positions divergentes de la classe politique et de la société civile ont fait planer sur notre pays le spectre d’un désarroi, peut-être, plus grave que la crise du nord.

Heureusement, là encore, la clairvoyance et le patriotisme du CNRDRE sous la houlette du capitaine Amadou Haya Sanogo nous ont permis d’échapper à ce piège ». D’où, rappelle la déclaration, la signature de l’Accord-cadre entre la CEDEAO et le CNRDRE. C’est pourquoi, les jeunes de Ségou exigent de l’organisation sous réginale de respecter ses propres engagements et de mettre au dessus de tout l’intégrité territoriale et la souveraineté de la République du Mali.

Après avoir félicité le Premier ministre Cheick Modibo Diarra et l’ensemble de son gouvernement pour la confiance placée en eux, les jeunes de Ségou ont demandé au CNRDRE et au gouvernement de libérer rapidement les régions nord de notre pays, d’achéminer l’aide humanitaire aux populations en détresse et de favoriser la tenue d’élections démocratiques, crédibles, libres et transparentes.

La coordination nationale de soutien au CNRDRE et au gouvernement promettent une marche de la même envergure chaque samedi dans une capitale régionale.

Diakaridia YOSSI

30 Avril 2012