Partager

L’Espace Maeva Palace de Bamako a servi de cadre le 06 juillet 2017, à la tenue de la rencontre d’échanges et de partage d’informations sur les besoins en ressources humaines, financières et matérielles des centres publics de formation professionnelle.

Organisée par le département de l’emploi et de la formation professionnelle, la cérémonie d’ouverture de la rencontre était présidée par le ministre de l’emploi et de la formation, Maouloud Ben Kattra en présence de la directrice nationale de la formation professionnelle, Mme Koné Kadidia Touré et d’autres personnalités. Au cours de cette rencontre, le ministre à fait savoir que le nombre de jeunes déscolarisés ne cesse d’augmenter.

Dans ses mots de bienvenue, la directrice nationale de la formation professionnelle, Mme Koné Kadidia Touré a signalé les besoins en ressources humaines, financières et matérielles de ces centres publics par rapport au personnel d’encadrement qualifié, à la prise en charge du salaire des formateurs et le fonctionnement. A sa suite, le ministre de l’emploi et de la formation professionnelle, Maouloud Ben Kattra a fait savoir que le président IBK a fait de l’emploi et de la formation professionnelle, des priorités de son mandat. Cet engagement, dit-il, est clairement consigné dans la Déclaration de Politique Générale du Premier ministre, récemment adoptée par l’Assemblée Nationale.

Selon lui, le Gouvernement du Mali s’est fixé comme objectif d’atteindre une croissance plus stable et plus créatrice d’emplois. A ses dires, cette stratégie de croissance, basée sur le secteur agro sylvo pastoral et la diversification agricole, place aussi la formation professionnelle parmi les priorités du Gouvernement.

A l’en croire, les performances que le Mali a enregistrées ont permis des progrès économiques qui restent cependant très fragiles à cause d’une croissance démographique très rapide exacerbant le problème d’asymétrie entre l’offre et la demande de travail. « Malgré les nombreux efforts que le Gouvernement déploie, le nombre de jeunes déscolarisés, non scolarisés ne cesse d’augmenter. L’une des solutions à cet épineux problème est incontestablement la formation professionnelle qui constitue aujourd’hui un véritable levier pour le développement économique et social, d’un pays en offrant des opportunités d’insertion aux jeunes défavorisés », a déclaré le ministre.

Aux dires du ministre, le présent atelier qui regroupe les principaux acteurs de la formation professionnelle, doit permettre des échanges de façon approfondie et d’explorer les pistes pour proposer des solutions à la problématique des centres publics. Enfin, il dira que l’adoption récente du décret fixant les détails du transfert de compétences aux collectivités territoriales dans les domaines de l’emploi et de la formation professionnelle constitue une véritable avancée.

Aguibou Sogodogo
Du 12 Juillet 2017