Partager

L’injustice, la corruption ont été les principaux thèmes sur lesquels Chérif Ousmane Madani Haïdara a axé son intervention durant le Maouloud 2009. C’était le 8 mars dernier au Stade Omnisports Modibo Kéïta.

Cela est désormais connu des Maliens, il faut être matinal, tenace et assidu pour se faire une place lors des différentes prêches que Chérif Ousmane Madani Haïdara et son Association Ançardine organisent lors de la célébration de l’anniversaire de la naissance du prophète (PSL).

De mémoire de Bamakois, aucun derby du championnat national de football, encore moins un homme politique, ou un concert n’avait réussi une telle mobilisation lors des dernières prêches que Chérif Ousmane Madani Haïdara a organisées dimanche 8 mars au stade Omnisports Modibo Kéïta. Inutile encore de souligner que le stade Modibo Kéïta a refusé du monde. Car les 30 000 places du stade se sont révélées insuffisantes.

Des fidèles venus pour la circonstance de l’intérieur du pays et des quatre coins du monde, étaient obligés de suivre l’événement en dehors du terrain, sur des écrans géants. Même avoir une place, sur la colline qui longe le stade était un casse-tête.

Ses propos véridiques, son sens du pardon, selon les témoignages de nombreux intervenants de la soirée, ont forgé l’estime que chérif Ousmane Madani a aujourd’hui. L’injustice, la corruption ont été les principaux thèmes sur lesquels il a axé son intervention durant la célébration du Maouloud 2009. « S’il n’y a pas de justice rien ne peut se faire. Nous avons dit au président de la République que nous ne comprenons pas les comportements de nos magistrats. Nous ne lui avons pas caché nos inquiétudes par rapport à certains dysfonctionnements de l’appareil judiciaire », a expliqué Haïdara à ses fidèles. « Nous entendons chaque fois que des gens ont été arrêtés pour corruption, pour avoir volé des millions ou des milliards, mais les gens qui s’occupent du contrôle de cette affaire doivent informer nos populations, nous ne sommes au courant de rien, ils sont arrêtés. Ensuite, ils payent des cautions, ils sont libérés et nous ne comprenons rien », soutient Haïdara en faisant allusion à la suite donnée au rapport du Vérificateur général.

En tout cas, pour lui, il ne saurait y avoir de pays dans l’injustice, l’intolérance, avec son lot de marchands d’illusions. « Tous ceux qui ont volé notre pays doivent être montrés aux Maliens, parce qu’ils ne sont pas plus Maliens que ceux qui travaillent honnêtement, sans quoi, si l’Etat encourage l’impunité, nous n’aurons pas d’avenir.

Au-delà de l’aspect religieux, les activités économiques qui se développent aux côtés des prêches de Haïdara avoisinent, sans nul doute, des centaines de millions de nos francs, voire plus. Car des produits alimentaires, des objets à l’effigie du chef spirituel (calendriers, casquettes, pagnes, tee-shirts) se vendaient comme de petits pains cette nuit-là à l’entrée du stade.

Un autre fait marquant, Banconi Zèguènèkorobougou, le quartier où réside Chérif Ousmane Madani Haïdara a été transformé en village « Ançardine » sur un rayon de 300 à 400 mètres.

Et pour l’occasion, s’érigent marchés, gares de fortune. De quoi booster l’économie de cette petite localité.
Kassoum THERA

10 mars 2009