Partager

mosquee-3.jpg
La construction de l’édifice religieux a été financée par la Libye.

La cérémonie de cette année a été marquée par l’inauguration de la nouvelle Grande mosquée de Kampala

Rappelons que « la Cité mystérieuse » avait accueilli la première édition de cette célébration en 2006. La cérémonie de célébration de la naissance du prophète Mohamed (PSL) s’est déroulée cette année au Nakivubu Stadium de Kampala. C’était mercredi dernier. La grande prière était dirigée par le Guide de la Révolution libyenne, Mouamar Kadhafi. La nouvelle Grande mosquée de Kampala a été inaugurée dans la foulée. Les deux prières qui ont été organisées se sont déroulées évidemment sous haute surveillance policière.

Le Maouloud 2008 a mobilisé dans la capitale ougandaise, plusieurs chefs d’État ou de gouvernement dont le président de la République, Amadou Toumani Touré. Le président Touré qui était le seul chef de l’État invité en Afrique de l’ouest était arrivé à Kampala en début de matinée, accompagné d’une forte délégation. Il fut accueilli au célèbre aéroport international d’Entebbe situé à une quarantaine de kilomètres de Kampala, par le ministre d’État, ministre des Affaire étrangères de l’Ouganda, Okello Oryem. Une forte colonie de fidèles musulmans attendaient également Amadou Toumani Touré. Ces fidèles avaient été spécialement invités par le Frère Guide.

La délégation présidentielle comprenait des oulémas, dont le nouveau président du Haut conseil islamique, Mahamoud Dicko, des chefs coutumiers et de fractions du nord de notre pays.

C’est à l’hôtel « Speke hôtel » situé au bord du Lac Victoria que Amadou Toumani Touré avait pris ses quartiers. Tout comme d’ailleurs la plus part des chefs d’État invités par le président ougandais Yoweri Museveni et le Guide libyen.

Dans la capitale ougandaise, le président de la République a aussi assisté à l’inauguration de la nouvelle grande mosquée de Kampala. L’imposant bâtiment est situé sur une colline au cœur de la vielle ville dénommée « Old Kampala« . La mosquée dont le coût de construction n’a pas été révélé est une réalisation financée par la Libye.

Le complexe est constitué d’une salle de prière à deux niveaux. Pour la grande prière du vendredi, l’édifice religieux peut recevoir jusqu’à 350 000 personnes. Un autre espace est aménagé pour recevoir les fidèles à l’occasion des grands événements comme ce Maouloud 2008. Le complexe comprend également une salle de conférence d’une capacité de plus 500 places et d’autres salles annexes.

mosquee2-3.jpg

La joie de la communauté musulmane de Kampala était palpable. Une première prière (celle de 14 heures) dirigée par l’imam Sheikh Shaban Ramadhan Mubaje s’est déroulée au Nakivubu Stadium de Kampala. De là, les chefs d’État ou de gouvernement mirent le cap sur la nouvelle mosquée baptisée « Qadhafi National Mosque » où s’est déroulée la grande prière à 16 heures.

La célébration d’un événement musulman d’une telle portée dans ce pays fortement christianisé a été interprétée par les autorités ougandaises comme un symbole de dialogue entre les religions et de réconciliation du pays avec son passé fortement marqué par l’islam. Le vice-Premier ministre chargé de l’Information, Hon Kirunda Kivejinja a rappelé que l’Ouganda, avant la colonisation britannique, avait été conquis par les Arabes qui convertirent la plupart des chefs des tribu à la religion musulmane. La domination arabe sur le pays dura près d’un siècle et demi.

Ce n’est que bien plus tard que des missionnaires français arrivèrent dans le pays. Ils seront suivis par des missions protestantes d’origine anglaise. Ces deux communautés chrétiennes ont installé à travers le pays des missions d’évangélisation pour reconvertir la population qui était déjà à majorité musulmane. Toujours selon le vice-Premier ministre chargé de l’Information, pendant la colonisation, les Anglais pour mieux asseoir leur politique coloniale ont soutenu les deux communautés chrétiennes contre les musulmans. Plus tard, ils vont instrumentaliser les communautés religieuses les unes contre les autres. Ce qui contribuera selon lui à réduire le nombre de musulmans en Ouganda.

C’est avec l’arrivée de Idi Amin Dada au pouvoir à la suite d’un coup d’État que l’islam a connu un nouvel essor. L’ancien dictateur est en effet à l’origine de la création du Conseil islamique d’Ouganda. On était en 1972. Depuis lors, tous les régimes successifs se sont investis pour promouvoir la religion du prophète Mohamed (PSL). Aujourd’hui, la communauté musulmane représente 20 % des 24 millions d’Ougandais. Des mosquées poussent un peu partout dans la capitale où de plus en plus de femmes portent le voile.

Un dîner offert aux chefs d’État et de gouvernements par le Frère Guide dans sa résidence, a mis fin à cette troisième édition de la célébration (au niveau régional) de la fête marquant l’anniversaire de la naissance du prophète Mohamed (PSL).

Signalons que l’Ouganda est dirigé par Yoweri Museveni qui avait pris le pouvoir en 1986 après plusieurs années d’anarchie, de rebellions et de répression. Le pays est considéré aujourd’hui comme un modèle de stabilité et de bonne gouvernance économique avec une croissance économique soutenue. C’est un pays de plateaux couverts de savanes, dont l’élevage, le coton, le thé et surtout le café et la pêche (en eau douce) constituent les principales ressources.

Envoyé spécial
A. O. DIALLO – L’Essor

21 Mars 2008.