Partager


La célébration de l’anniversaire du prophète Mohamed (PSL) a regroupé, cette année, dans la capitale ougandaise, entre 5 000 et 6 000 fidèles musulmans venus des quatre coins du monde : Etats-Unis, Canada, Irak, Arabie Saoudite, Jordanie, Tchad, Nigeria, Rwanda… Cette édition a été marquée par la grande prière dirigée par le Guide de la Révolution libyenne, le colonel Moammar Kadhafi au National Nakivubo Stadium et l’inauguration dans le Old Kampala (l’ancienne Kampala) d’une nouvelle mosquée portant le nom de Kadhafi en compagnie des présidents ougandais Yoweri Museveni et malien, Amadou Toumani Touré.

Fidèle à ses habitudes, le colonel Kadhafi aime faire les choses en grand et de façon originale. Il n’a pas démenti cette réputation à l’occasion du Maouloud 2008 qu’il a choisi de célébrer à Kampala, la capitale de l’Ouganda, un pays de 28 millions d’âmes situé au sud-est de l’Afrique et dont l’économie repose essentiellement sur l’agriculture (le café surtout) et le tourisme. C’est aussi un pays dont la population ne compte que 20% de musulmans, les chrétiens constituant l’écrasante majorité. C’est ce même pays qui abrite désormais la plus grande mosquée d’Afrique après la mosquée Hassan II de Casablanca (Maroc).

D’un coût d’environ 36 milliards de shillings – monnaie nationale d’Ouganda – la mosquée a été entièrement financée par la Libye à travers l’organisation de l’Appel Islamique Mondial après une requête du Conseil Suprême des Musulmans d’Ouganda. La mosquée dont la construction s’est étalée sur trois ans s’étend sur 12 hectares.

Elle comporte trois niveaux et peut accueillir, dans ses espaces intérieurs et extérieurs, jusqu’à 15 000 fidèles lors de la prière du vendredi. La nuit, le spectacle de l’imposant édifice brillant de mille feux depuis une colline non moins impressionnante de la vieille cité de Kampala est tout simplement saisissant.

La mosquée a été inaugurée dans l’après-midi du jeudi 20 mars en présence d’une kyrielle de personnalités, y compris le président du Mali, Amadou Toumani Touré et le Premier ministre guinéen, Lansana Kouyaté. Auparavant, le Guide de la grande Jamahiriya arabe libyenne avait fait un bain de foule au National NaKivubo Stadium au cours duquel il a délivré des messages.

Et tout le monde en a eu pour son grade. A commencer par la presse scandinave qui a eu à publier des caricatures blasphématoires sur le prophète Mohamed (PSL).
 » De tels gens sont ignorants, malades et sont contre l’humanité, Allah et Jésus Christ qui lui croit en Mohamed  » a déclaré le Guide libyen.

Selon Kadhafi, le Coran est le seul livre révélé envoyé par Dieu. Mais, s’est-il empressé d’ajouter, les musulmans croient également en la Bible. Selon toujours le Guide libyen, la Bible actuelle n’est pas celle qui a été révélée à Jésus et l’Ancien Testament n’est pas celui qu’Allah a donné à Moïse.

De là à lancer un appel pour la recherche de la  » Bible originale  » il n’y avait qu’un pas que le Guide libyen allègrement franchi.  » Jésus est mentionné dans le Coran 25 fois, Moïse 138 et la vierge Marie 38 fois. Tout livre qui ne mentionne pas le prophète Mohamed ne reflète pas la réalité et se trouve, dès lors, être forgé  » a soutenu le Frère Guide.

Il n’a pas manqué de s’insurger, par ailleurs, contre ce qu’il appelle la  » monopolisation de la Kaaba par les musulmans « . «  Comment les musulmans peuvent-ils monopoliser la Kaaba ? Chacun a le droit d’ y aller librement. Son accès est interdit aux seuls mécréants  » a-t-il déclaré.

Dans sa réponse, le président Museveni a salué le peuple musulman à l’occasion de l’anniversaire de la naissance du prophète Mohamed (PSL). Il s’est ensuite dit amusé par une assertion du colonel Kadhafi selon laquelle tous ceux qui croient en un Dieu unique sont des musulmans.

« Cela voudrait donc dire que moi aussi je peux être musulman ? « . Le président Museveni a, cependant, déclaré qu’il va consulter les catholiques et les protestants de chez lui pour leur demander pourquoi le nom du prophète Mohamed (PSL) n’est pas cité dans la Bible.

Le troisième et dernier temps fort du Maouloud aura été marqué par les retrouvailles du colonel Kadhafi avec les participants de ce 3e grand rendez-vous qui vient après ceux de Tombouctou en 2006 et d’Agadez (Niger).

Les échanges ont porté à la fois sur la solidarité islamique et les voies et moyens de promouvoir la paix au sein de la Ligue des Tribus du Grand Sahara, une entité créée à la faveur du Maouloud de Tombouctou et dont le Coordinateur pour le Mali est Bajan Ag Hamatou.

La délégation malienne à ce Maouloud de Kampala comprenait environ 160 personnes venues des quatre coins du pays notamment du Nord-Mali, des représentants des associations religieuses et de la société civile.

Yaya SIDIBE

27 mars 2008.