Partager

Les habitants de la capitale ont été tirés de leur sommeil hier lundi par des détonations d’armes à feu. Les tirs à l’arme lourde ont été entendus dans plusieurs quartiers du district de Bamako faisant craindre le retour des vieux démons. Car les tirs provenaient juste derrière le GMS, donc sur la route de Kati. Une situation qui avait vite fait croire à beaucoup de personnes à la reprise des hostilités dans cette ville garnison encore sous le feu des projecteurs après les derniers affrontements survenus entre ex-putschistes le 30 septembre.

Après vérification, il s’agissait plutôt d’un exercice de tirs de l’armée française.

Ce genre d’exercice militaire est courant dans l’armée. Il intervient le plus souvent en prélude à l’envoi de militaires au front ou pour maintenir certains d’entre eux en état de forme.

« Les militaires français étant logés à Sénou avaient besoin d’un champ de tir pour s’entrainer et le seul endroit qui s’y prête est celui se trouvant sur la route de Kati » nous précise un officier malien.

Une source proche de l’Etat-major français a soutenu que les autorités militaires maliennes ont été informées de cet exercice. Lequel va se poursuivre aujourd’hui.

Abdoulaye DIARRA

29 Octobre 2013