Partager

Depuis plus de trois mois, les usines de production d’huile observent un arrêt technique faute de graine de coton, la matière première indispensable à la production d’huile dans notre pays. En plus de l’arrêt technique des usines de production d’huile, ce manque de graine de coton a provoqué l’augmentation des prix de la viande, du lait, de l’huile, de l’aliment bétail. C’est pourquoi, dès le début de l’augmentation de ces produits, les consommateurs ont haussé le ton, dénonçant la situation qui n’est pas acceptable à cause du niveau de pauvreté dans notre pays.

A cet effet, les ministres de l’Economie et des Finances, de l’Industrie et du Commerce et de la Promotion des Investissements des Petites et Moyennes Entreprises, porte-parole du gouvernement à l’époque, ont organisé une conférence de presse et ont fait des sorties médiatiques (télévision nationale) pour expliquer les causes de cette hausse des prix, comme pour dire à la population que la situation ne dépend pas du gouvernement malien.

UN HANDICAPE POUR LES USINES

Selon eux, l’augmentation des prix des produits de première nécessité comme le lait, la farine, l’huile, le sucre était due à l’augmentation des cours mondiaux. On sait que la majorité de ces produits qui sont consommés ne sont pas produits dans notre pays. Ce qui est surtout inquiétant, c’est que les unités industrielles existantes dans notre pays ne parviennent pas à produire à cause des contraintes comme le manque de matière première le coût élevé de production.

Cependant les autorités sont interpellées à appuyer ces usines pour au moins maintenir les emplois. Lorqu’on sait que l’arrêt de ces unités de production augmente le taux de chômeurs, sans compter les autres conséquences sur le plan socioéconomique. Pour preuve, le manque de graine de coton a provoqué l’arrêt des usines de production d’huile.

LES CONSEQUENCES

Avec cet arrêt, les travailleurs de ces usines sont mis au chômage. Et c’est à cause de ce manque de graine de coton que le prix de l’aliment bétail a augmenté, toute chose qui a entrainé la hausse du prix de la viande. Il faut rappeler que le Kilogramme de la viande se vendait entre 1000 à 1200F CFA mais aujourd’hui, à cause de la chèrté de l’aliment bétail, le Kilogramme de la viande se vend à 1400F CFA. Ainsi, avec ce manque de graine de coton qui réduit la production de l’aliment bétail, le bétail sur pied ne sera pas valorisé pour l’exploitation.

En plus, les bétails ne produisent pas assez lait, ce qui réduit aussi la production des dérivés du lait. Alors que généralement, les organisations paysannes fonctionnent avec les ressources de ces produits. Donc avec le manque de graine de coton c’est tout une chaîne économique qui est brisée. C’est pourquoi le gouvernement devait tout faire pour vendre la graine de coton de la CMDT aux unités industrielles existantes dans notre pays et à un prix abordable.

Il faut par ailleurs souligner que, quel que soit le prix, le gouvernement à intérêt à vendre la graine de coton aux usines implantées dans notre pays car, elles contribuent à réduire le taux de chômage. En plus de la réduction de taux de chômage, l’approvisionnement de ces usines en graine de coton favorise leur bon fonctionnement.

QUEL SORT POUR CES USINES AVEC LA PRIVATISATION DE LA CMDT?

Et ce bon fonctionnement de ces usines de production d’huile contribue à la bonne marche d’autres entreprises comme l’Energie du Mali. Mais malgré tout, ces usines ont du mal à s’approvisionner en graine de coton. Alors quel sera le sort des usines de production d’huile avec la privatisation de la CMDT qui est à l’ordre du jour?

Il faut aussi préciser que ces dernières années les paysans ont réduit la culture de coton ce qui est l’une des causes du manque de la graine de coton. Ce qui est surtout inquiétant, selon nos sources, la récolte du coton n’est pas prometteuse cette année. Toute chose qui sous entend que les consommateurs risquent de revivre la même situation c’est à dire la cherté de l’huile, de l’aliment bétail, de la viande. Toute chose qui conduira à l’aggravation de la pauvreté dans notre pays.

Alors les autorités compétentes doivent tout faire pour éviter une telle situation. Le gouvernement acceptera-t-il de vendre toute la graine de coton de la CMDT aux usines existantes?

Dado CAMARA

29 octobre 2007.