Partager

Substitution du décret nommant les membres du gouvernement par un autre non signé par le président de la République. Création en catimini et à l’insu du président par intérim, d’un Comité technique chargé d’élaborer les termes de référence de la concertation nationale en ignorant les forces vives du pays. Voilà, après la dissimulation de l’avis de la Cour suprême favorable à Dioncounda pour la transition, quelques faits et actes graves signés Cheick Modibo Diarra qui devient un véritable poison pour la transition, et donne raison à ceux qui pensent qu’il y a eu erreur de casting de la part du capitaine Sanogo qui l’a imposé.

L’on comprend maintenant pourquoi le Premier ministre s’est déplacé en personne pour faire le coursier afin de remettre à l’ORTM la liste du gouvernement dit d’union nationale. En réalité, il venait de jouer un mauvais tour au président de la République par intérim, Dioncounda Traoré, en substituant le décret signé par ce dernier à un autre décret lu à la télévision nationale, mais ne portant pas la signature du chef de l’Etat. L’objet de cette manipulation était de soustraire le nom de Bocar Moussa Diarra (du regroupement IBK 2012) de la liste des membres du gouvernement, alors que celui-ci est bien titulaire du Département de la Promotion des langues nationales et de l’Education civique au vu du vrai décret, celui signé par le président de la République et portant le n°2012-479 P-RM du 20 août 2012. La manipulation d’un décret signé par le président de la République est une faute grave et plusieurs Maliens croupissent en prison aujourd’hui pour avoir falsifié des documents de loin moins importants.

Comme si cela ne suffisait pas, celui que l’on devait appeler Premier ministre par intérim et qui s’est adjugé des pleins pouvoirs de façon illégitime, a pondu un autre décret en catimini et à l’insu du président de la République, pour mettre en place un Comité chargé d’élaborer les termes de référence de la Concertation nationale, en y désignant que ses proches et souteneurs patentés.

Il a fallu que le Pr Dioncounda Traoré, dès le premier Conseil des ministres du nouveau gouvernement, fasse une mise au point pour clarifier qu’il n’y a pas en réalité un décret additionnel nommant Bocar Moussa Diarra, pour la bonne raison que celui-ci figure bien sur la liste des membres du gouvernement, conformément au décret n°2012-479 P-RM du 20 août 2012 signé par le président de la République.

C’est alors que Cheick Modibo Diarra, qui a procédé à des manipulations pour sortir un autre décret, enregistré celui-là sous le numéro 2012-461/P-RM du 20 août 2012, pour exclure Bocar Moussa Diarra et confier son Département à Adama Ouane qui héritait déjà du ministère de l’Education et de l’Alphabétisation. Et le Pr Dioncounda Traoré d’ajouter qu’au moment où il est en train de se plier en quatre pour faire revenir les partenaires techniques et financiers, principalement les bailleurs de fonds pour aider le Mali, pareilles attitudes sont à proscrire si l’on veut mener la transition à son terme dans les meilleurs délais possibles, pour abréger les souffrances des populations du nord du pays actuellement sous le glaive des groupes armés.

C’est mal parti !

Pour une entrée en matière, ce gouvernement sur lequel le peuple malien fonde tous ses espoirs, est déjà mal parti avec ce raté qui risque de produire des conséquences imprévisibles. En effet, Cheick Modibo Diarra qui était déjà honni depuis un certain temps, en rajoute à ses maladresses et incongruités qui ont fini de convaincre que le capitaine Amadou Haya Sanogo s’est trompé de choix: Cheick Modibo Diarra n’est pas l’homme de la situation.

Rappelons aussi que c’est ce même Cheick Modibo Diarra qui s’est permis de dissimuler l’avis de la Cour suprême parce qu’il était defavorable à la conduite de la transition par Dioncounda Traoré. Alors que la publication de cet avis ou sa simple discussion, aurait pu éviter l’acharnement sur Dioncounda qui a conduit à son agression sauvage. Sous d’autres cieux, Cheick Modibo Diarra aurait répondu de cet acte qui n’est pas innocent et qui en plus le disqualifie devant la communauté internationale et particulièrement aux yeux des partenaires techniques et financiers qui commencent à se méfier de lui.

En réalité, Cheick Modibo Diarra, c’est un mythe qui s’effondre de plus en plus comme fondrait du beurre au soleil. Bardé de son titre pamphlétaire et aujourd’hui controversé de «navigateur interplanétaire» au carnet d’adresses plein à craquer, il suscitait de l’admiration et un bon nombre d’électeurs étaient prêts à lui donner le pouvoir sur un plateau d’or. Mais aujourd’hui, sa cote de popularité est des plus basses car il déçoit de jour en jour. Non seulement par ses maladresses, mais aussi et surtout par sa roublardise et ses allures dictatoriales.

Sa sortie médiatique musclée et inopportune à la veille du retour de Dioncounda Traoré a marqué les esprits des populations qui ont pu apprécier, en retour, le discours empreint de sagesse et de maturité que le président par intérim a prononcé pour s’adresser à la nation. Certains sont partis jusqu’à dire qu’ils imaginent bien ce que la situation allait devenir si Cheick Modibo Diarra était agressé à la place de Dioncounda Traoré. Si l’on s’en tient à ses méthodes va-t-en-guerre et son désir démesuré de l’épreuve de force sur fond de boulimie du pouvoir, il lui aurait été difficile de pardonner, comme l’a fait Dioncounda avec beaucoup de grandeur.

De toute façon, le président de la République par intérim a prouvé qu’un scientifique de haut niveau doit avoir un minimum d’équilibre et de jugeote dans l’appréciation des faits. Par sa pratique, nulle ne peut aujourd’hui douter que Dioncounda est un digne agrégé de mathématiques. Ce qui est loin d’être le cas pour Cheick Modibo Diarra dont les agissements poussent parfois à se demander si c’est réellement l’ingénieur astrophysicien dont on a tant vanté les mérites, qui dirige actuellement la Primature.

De toute façon, Cheick Modibo Diarra doit savoir raison garder et faire dans l’humilité s’il veut reconquérir le cœur des Maliens endurci par les épreuves vécues ces derniers temps. Cela vaut mieux pour lui que de continuer à naviguer dans des combines et combinaisons souterraines qui ne font que le vouer aux gémonies. Dans cet élan, il convient de dénoncer le Comité technique chargé d’élaborer les termes de référence de la Concertation nationale qu’il s’est précipité de mettre en place à l’insu de Dioncounda Traoré qui a pourtant pris en main la situation par une série de concertations prometteuses.

Par son décret n° 2012-104/P-RM du 15 août 2012, Cheick Modibo Diarra torpille tous les espoirs de rapprochement des différents fronts constitués depuis le coup d’Etat du 22 mars 2012. Jugez-en: il fait présider cette Commission par Dr Adama Traoré de la Copam. Membres: Mouhamed Coulibaly du Cnrdre, Modibo Diallo et Soufi Bilal du Haut Conseil islamique, Mme Théra Fanta Théra du cadre de concertation des femmes des partis politiques et Mamadou Samaké (expert). Le rapporteur est Bocar Moussa Diarra du regroupement IBK 2000, celui-là même dont il s’opposait à l’entrée dans le gouvernement au point de manipuler le décret signé par le président de la République. Point de représentant du Fdr, nulle trace de la Csm, encore moins de l’Adps. Toutes les organisations de la société civile sont ignorées, tout comme les familles fondatrices de Bamako.

Qu’on ne me dise surtout pas qu’il y a le Haut conseil islamique comme organisation de la société civile, si l’on sait que cette structure s’est arrimée à Cheick Modibo Diarra depuis quelques temps et nous y reviendrons amplement dans nos prochaines éditions.

Mais il y a surtout que les organisations du nord du Mali comme le Coren sont passés sous silence, pendant que Cheick Modibo Diarra ramène tout à lui, en décidant que le secrétariat est assuré par la Primature. Evidemment, qui est fou? Mais à malin, malin et demi. Cheick Modibo Diarra doit cesser de tirer des plans sur les comètes par nostalgie de son passage à la Nasa et revenir sur terre. Les Maliens ne sont pas si crédules pour se laisser enfermer dans des bouteilles si facilement. Le comprendra-t-il enfin ? En tout cas, tard vaut mieux que jamais.

Birama FALL


PRESIDENCE DE LA REPUBLIQUE — RÉPUBLIQUE DU MALI

«  » »‘—— Un Peuple-Un But-Une Foi

SECRETARIAT GENERAL – -=-=.=.=.

DECRET N0 2012- 479/P-RM DU 20 AOUT 2012 PORTANT NOMINATION DES MEMBRES DU GOUVERNEMENT

LE PRESIDENT DE LA RÉPUBLIQUE,

Vu la Constitution ;

Vu le Décret N° 2012-193/P-RM du 17 avril 2012 portant nomination du Premier ministre :

Sur proposition du Premier ministre,

DECRETE :

Article 1er : Sont nommés membres du Gouvernement en qualité de :

1. Ministre de l’Economie, des Finances et du Budget : Monsieur Tièna COULIBALY

2. Ministre de la Défense et des Anciens Combattants : Colonel-major Yamoussa CAMARA

3. Ministre des Affaires Etrangères et de la Coopération internationale : Monsieur Tiéman Hubert COULIBALY

4. Ministre de l’Administration Territoriale et de la Décentralisation :
Colonel Moussa Sinko COULIBALY

5. Ministre de la Fonction Publique et de la Réforme Administrative,
chargé des Relations avec les Institutions : Monsieur Mamadou Namory TRAORE

6. Ministre des Maliens de l’Extérieur et de l’Intégration Africaine :
Madame TRAORE Rokiatou GUIKINE

7. Ministre de la Sécurité Intérieure et de la Protection Civile :
Général Tiéfing KONATE

8. Ministre de l’Agriculture :
Docteur Yaranga COULIBALY

9. Ministre de l’Enseignent Supérieur et de la Recherche Scientifique :
Professeur Harouna KANTE

10. Ministre de l’Education et de l’Alphabétisation :
Monsieur Adama OUANE

11. Ministre de la Santé :
Monsieur Soumana MAKADJI

12. Ministre du Logement, de l’Urbanisme et des Affaires Foncières :
Madame DIALLO Fadima TOURE.

13. Ministre de l’Equipement et de l’Aménagement du Territoire :
Monsieur Mamadou COULIBALY

14. Ministre des Transports et des Infrastructures Routières :
Lieutenant-colonel Abdoulaye KOUMARE

15. Ministre des Mines :
Docteur Amadou Baba SY

16. Ministre de la Justice, Garde des Sceaux :
Monsieur Malick COULIBALY

17. Ministre du Travail, de l’Emploi et de la Formation Professionnelle:
Docteur DIALLO Dédia Mahamane KATTRA

18. Ministre du Commerce et de l’Industrie :
Monsieur Abdel Karim KONATE

19. Ministre de l’Elevage et de la Pêche :
Monsieur Makan TOUNKARA

20. Ministre de l’Action Humanitaire, de la Solidarité et des Personnes Agées
Docteur Mamadou SIDIBE

21. Ministre de la Communication :
Monsieur Bruno MAIGA

22. Ministre de la Poste et des Nouvelles Technologies :
Monsieur Bréima TOLO

23. Ministre de l’Energie et de l’Eau : Monsieur Alfa Bocar NAFO

24. Ministre de la Culture : Monsieur Boubacar Hamadoun KEBE

25. Ministre de l’Environnement et de l’Assainissement : Monsieur David SAGARA

26. Ministre de la Jeunesse et des Sports : Monsieur Hamèye Founè MAHALMADANE

27. Ministre de la Famille, de la Promotion de la femme et de l’enfant
Madame ALWATA Ichata SAHI

28. Ministre de la promotion des Langues Nationales et de l’Instruction Civique :Monsieur Moussa DIARRA

29. Ministre de l’Artisanat et du Tourisme : Monsieur Ousmane Ag RHISSA

30. Ministre des Affaires Religieuses et du Culte : Docteur Yacouba TRAORE

31. Ministre Délégué auprès du Ministre de l’Economie, des Finances et du Budget, chargé du Budget : Monsieur Marimpa SAMOURA

32. Ministre Délégué auprès du Ministre de l’Administration Territoriale et de la Décentralisation, chargé de la Décentralisation : Monsieur Demba TRAORE.

Article 2 : Le présent décret qui abroge les dispositions du Décret N° 2012-194/P-RM du 24 avril 2012 portant nomination des membres du Gouvernement et du Décret N° 2012-461/P-RM du 20 août 2012 portant nomination des membres du Gouvernement, sera enregistré et publié au Journal officiel.

-Bamako, le 20 AOUT 2012

Le Président de la République par Intérim, Pr Dioncounda TRAORE

Le Premier ministre, Docteur Cheick Mohamed Abdoulaye Souad dit Modibo Diarra


Décret 2012-461/PRM DU 20 AOUT 2012 PORTANT DU GOUVERNEMENT

LE PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE

VU LA CONSTITUTION

VU LE DECRET 2012-193/PRM DU 17 AVRIL 2012 PORTANT NOMINATION DU PREMIER MINISTRE

SUR PROPOSITION DU PREMIER MINISTRE DECRETE

ARTICLE l: Sont nommés membres du gouvernement en qualité de

1 / Ministre de l’économie, des finances et du budget: Tiénan Coulibaly

2/ Ministre de la défense et des anciens combattants: Colonel major Yamoussa Camara

3/ Ministre des affaires étrangères et de la coopération internationale: Tiémam Coulibaly

4/ Ministre de l’administration territoriale et de la décentralisation: Col Moussa Sinko Coulibaly

5/ Ministre de la fonction publique de la reforme administrative, chargé des relations avec les institutions: Mamadou Namory Traoré

6/ Ministre des maliens de l’extérieur et de l’intégration africaine: Madame Traoré Rokia Guikiné

7/ Ministre de la sécurité intérieure et de la protection civile: Général Tiefing Konaté

8/ Ministre de l’Agriculture: DrYaranga Coulibaly

9/ Ministre de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique: Pr Harouna Kanté

10/ Ministre de l’éducation de l’alphabétisation de la promotion des langues nationales et de l’instruction civique: Adama Ouane

11/ Ministre de la santé: Soumana Makadji

12/ Ministre du logement, de l’urbanisme, et des affaires foncières: Mme Diallo Fadima Touré

13/ Ministre de l’équipement et de l’aménagement du territoire: Mamadou Coulibaly

14/ Ministre des transports et des infrastructures routières: Lt Col Abdoulaye Koumaré

15/ Ministre des mines: Dr Amadou Baba Sy

16/ Ministre de la justice garde des sceaux: Malick Coulibaly

17/ Ministre du Travail, de l’emploi et de la formation professionnelle: Dr Diallo Dédia Mahamane Kattra

18/ Ministre du commerce et de l’industrie: Abdel Karim Konaté

19/ Ministre de l’élevage et de la pêche: Makan Tounkara

20/ Ministre de l’action humanitaire, de la solidarité et des personnes âgées:Dr Mamadou Sidibé

21/ Ministre de la communication: Bruno Maïga

22/ Ministre de la poste et des nouvelles technologies: Bréhima Tolo

23/ Ministre de l’énergie et de l’eau: Alfa Bocar Nafo

24/ Ministre de la culture: Boubacar Hamadoun Kebé

25/ Ministre de l’environnement et de l’assainissement: David Sagara

26/ Ministre de la jeunesse et des sports: Hamèye Founè Mahalmadane

27/ Ministre de la famille, de la promotion de la femme et de l’enfant: Mme Alwata Ichata Sahi

28/ Ministre de l’artisanat et du tourisme : Ousmane Ag Rhissa

29/ Ministre des affaires religieuses et du cultes: Dr Yacouba Traoré

30/ Ministre délégué auprès du ministre de l’économie, des finances et du budget, chargé du budget: Marimpa Samoura

31/ Ministre délégué auprès du ministre de l’administration territoriale et de la décentralisation, chargé de la décentralisation: Demba Traoré

ARTICLE 2: Le présent décret abroge le décret 2012-194 du 24 avril 2012 et sera enregistré et publié au journal officiel

Bamako le 20 août 2012,

Le Président de la République par intérim Pr Dioncounda Traoré,

Le Premier ministre Cheick Mohamed Abdoulaye Souad dit Modibo Diarra.

Publié le lundi 20 août 2012 | Primature

Le Prétoire du 30 Août 2012