Partager

Pendant que le projet de loi portant prorogation de l’état d’urgence est en débat à l’Assemblée nationale, le Mouvement populaire du 22 mars (MP22) a décidé de maintenir sa marche du 8 juin prochain.

jpg_une-1868.jpg« L’Etat d’urgence est liberticide, c’est une agression contre nos libertés ». C’est en ces termes que Mohamed Tabouré, membre du directoire du Mouvement populaire du 22 mars, a affirmé son indignation face à l’ultime prorogation de l’état d’urgence en cours au Mali depuis près de six mois. La mesure instaurée le 11 janvier 2013 à la suite des combats engagés contre les groupes jihadistes du nord devait prendre fin ce 6 juin.

C’est certainement en fonction de ce calendrier que le MP22 a programmé une marche pacifique pour exiger, entre autres, la présence de l’armée nationale à Kidal, la libération des responsables du syndicat de la police et le retour des orpailleurs de Foroko et de Kobadani récemment chassés des sites miniers. Pour les initiateurs de cette manifestation, c’est la France qui « nous empêche de réunifier notre pays ».

Contre toute attente, les autorités ont décidé de proroger la mesure jusqu’au 5 juillet, veille de l’ouverture de la campagne pour l’élection présidentielle du 28 juillet. Ladite décision a été prise en conseil des ministres extraordinaire tenu le 4 juin 2013 et elle doit être entérinée par l’Assemblée nationale ce vendredi 7 juin. En dépit de cette décision, le MP22 resté inflexible sur sa décision de manifestation. « La marche du 8 juin est maintenue », a indiqué Mohamed Tabouré en marge d’une conférence de presse organisée le 6 juin par le Collectif des organisations patriotiques du Mali (Copam) dont le MP22 est membre.

Selon un autre membre du MP22, l’état d’urgence n’interdit pas les manifestations populaires, y compris les marches de protestation. Selon lui, une déclaration a été faite auprès de l’administration et, jusqu’à preuve du contraire, aucune notification d’interdiction de la manifestation n’est encore parvenue aux responsables du MP22.

Le départ de cette marche est donc annoncée pour demain, samedi 8 juin à 9 heures, à la place de l’indépendance. Elle doit aboutir à une déclaration de soutien à l’armée près de l’état major de la défense.

Seydou Coulibaly

AFRIBONE | 7 juin 2013