Partager

mangue.jpgEn Afrique de l’ouest, le Mali compte parmi les grands producteurs de mangues. Notre potentiel exportable, selon Mohamed Sidibé, coordinateur du projet cadre intégré, est estimé à plus de 200.000 tonnes par an. En cette période de production, il est facile de s’en rendre compte rien qu’en faisant un tour dans les rues de la capitale. Des vendeuses ambulantes transportant en équilibre sur la tête des pyramides de mangues dans des grandes assiettes, sillonnent les rues.

Les abords des grandes artères sont encombrés d’étals surchargés de mangues aux couleurs dorées. La mangue est l’une des denrées alimentaires que les hommes, les animaux et les insectes se partagent. Une visite dans les marchés de la capitale vous édifiera. Les marchands et leurs clients sont littéralement envahis par des escadrons de mouches et d’abeilles très nerveuses à la recherche de leur pitance sur les restes gluants de mangues jetées. Cette solidarité dure au moins cinq mois, de mars à fin juillet.


Produit périssable

Mais notre pays tire très peu profit de cette manne. Les exportations n’ont pas atteint les 3000 tonnes en 2004. Selon les statistiques de Trade Mali, les exportations durant les trois dernières campagnes étaient de 1.129 tonnes en 2003, 2.404 en 2004 et 2.927 tonnes en 2005. Le reste est consommé sur place. Et une grande quantité de ce quota pourrit sous les manguiers dans les champs ou sur les dépôts d’ordures des marchés.

La mangue est un produit périssable. Si elle n’est pas bien conservée après la cueillette, elle se détériore très rapidement. Surtout si elle est, déjà infestée, le pourrissement est encore plus rapide. Les études ont révélé que l’une des contraintes majeures de la filière mangue au Mali se rapporte à son infestation par les insectes nuisibles.

Pour pallier cette difficulté structurelle, le gouvernement avec l’aide de ses partenaires a mis en place un projet dénommé “Cadre intégré” pour appuyer les producteurs en vue d’améliorer la qualité de la mangue malienne -le projet prévoit le traitement phytosanitaire de 2.000 ha de manguiers-, sensibiliser les producteurs et les exportateurs sur les bonnes pratiques agricoles, mettre en place un fonds en vue de faciliter l’accès des exportateurs au crédit et réaliser le guide de l’exportateur.

Pendant la campagne 2005-2006, le projet cadre intégré a traité 4.000 ha dans la zone périurbaine de Bamako, a expliqué son coordinateur, Mohamed Sidibé. Un premier traitement a eu lieu en mars 2006, contre les insectes nuisibles (fourmilles rouges et autres nuisibles). En juin un second traitement, non prévu d’avance, a été effectué. Il a concerné les mouches. Les deux traitements ont permis d’accroître le volume des exportations, qui est passé de 2.927 à 4.521 tonnes et a rapporté à la filière environ 6 milliards de Fcfa.

Pour cette année encore, un premier traitement a eu lieu au mois de mars passé. Le second est prévu en juin. Mais l’essentiel est de susciter chez les paysans le réflexe de traitement phytosanitaire des vergers, a ajouté Mohamed Sidibé. Ceci entraînera aussi le développement du sous-secteur pesticide autour de la filière. Et les experts du ministère de l’Agriculture sont en train de travailler à l’homologation d’un certain nombre de catégorie de pesticides qui entre dans le cadre du traitement des manguiers.

Amélioration de la qualité

Le résultat obtenu est très prometteur, s’est réjouit Mohamed Sidibé. Selon lui, les prix aux producteurs ont sensiblement évolué grâce à l’amélioration de la qualité de la mangue. Le risque de rejet a beaucoup reculé. Des efforts sont en cours également pour installer un poste de contrôle phytosanitaire à l’aéroport. Le but de cette initiative, selon lui, est de mieux sécuriser les exportations notamment en extirpant du lot les cas d’infection, afin de minimiser le risque de rejet. Car la découverte d’une seule mangue infestée dans une cargaison, en Europe, entraîne la destruction par incinération et aux frais de l’exportateur de tout le lot expédié.

Les consommateurs et les services sanitaires européens sont stricts sur le respect des normes et qualité. A cet effet, les pouvoirs publics ne transigent pas sur la stricte application des textes réglementaires en la matière. Les exportations de notre pays sont destinées au marché européen, en particulier, la France, le Pays-Bas et la Grande Bretagne. Les variétés prisées sur ces marchés sont les Tommy, Atkins, Haden, Keitt et Kent.

Les consommateurs européens préfèrent les mangues qui présentent une pelure rouge avec un peu de jaune, qui est ferme à l’arrivée sur les marchés et de calibre homogène mais de plus en plus aussi l’Amélie pour la transformation et ses qualités gustatives. Mais les exportateurs maliens ne sont pas les seuls à approvisionner ce marché. Ils font face à de rudes concurrences de nos voisins de la sous-région : la Côte d’Ivoire, le Burkina Faso, le Sénégal, la Guinée et les exportateurs latino-américains, notamment les Péruviens.

La filière mangue au Mali est dominée par une multitude de producteurs, d’exportateurs, d’intermédiaires appelés pisteurs. Ils se partagent le marché à Bamako et dans les régions productrices comme Sikasso. Les pisteurs traitent avec les producteurs dans les vergers. Ils approvisionnent les stations de conditionnement, qui s’occupent aussi de l’exportation.

A. O. DIALLO

L’essor du 23 mai 2007.