Partager

L’état de santé de Nelson Mandela, 94 ans, qui reçoit des « soins intensifs » n’a pas évolué depuis sa nouvelle hospitalisation samedi dans un état grave, ont indiqué lundi les autorités après quarante-huit heures d’un silence qui a inquiété le pays. Le porte-parole de la présidence avait annoncé samedi matin l’hospitalisation pour une pneumonie, dans un état grave, du héros de la lutte contre la ségrégation raciale qui était à nouveau malade depuis quelques jours et dont c’est le quatrième séjour à l’hôpital depuis décembre. Faute de nouvelles fraîches, la presse en était réduite aux spéculations. Le Star de Johannesburg, sans citer aucune source, affirmait en Une lundi que la famille avait limité les visites aux seuls parents, interdisant notamment l’accès à l’hôpital aux dignitaires de l’ANC, le parti au pouvoir. Si officiellement, l’heure est toujours aux prières et aux vœux de prompts rétablissements, les voix se font inhabituellement fortes cette fois pour dire que même les héros ont le droit de mourir un jour. « Il est temps de le laisser partir. (…) Sa famille doit le laisser maintenant, de façon à ce que Dieu puisse faire à sa façon », a déclaré dimanche Andrew Mlangeni, un compagnon de lutte de Mandela, résumant une opinion assez largement exprimée dans les émissions de libre antenne à la radio et sur les réseaux sociaux… AFP.