Partager

Une coalition de 62 ONG issues de quatre pays d’Afrique a estimé jeudi que le mandat d’arrêt de la Cour pénale internationale (CPI) contre le président soudanais Omar el-Béchir risque de « nuire aux efforts de paix » et d’accroître l’instabilité au Darfour. « Le mandat d’arrêt (…) pourrait sans doute nuire aux efforts internationaux de paix dans le Darfour (ouest du Soudan) et mener à davantage d’instabilité », déclare le groupe d’ONG dans un communiqué. Rassemblée sous l’égide de l’ONG Hand-in-Hand Africa, la coalition d’ONG du Nigeria, de Zambie, du Ghana et du Niger s’est réunie dans la ville de Kaduna, dans le nord du Nigeria. Les ONG jugent que le mandat de la CPI ne peut que rendre Béchir plus défiant et l’amener à renoncer à son appel au cessez-le-feu. Pour ces ONG, puisque Béchir a appelé à un cessez-le-feu immédiat avec le soutien de l’Union africaine et de la Ligue arabe, le CPI devrait lui donner le temps de l’appliquer.